« Dont » suivi d’un adjectif possessif lorsqu’il a le sens de « parmi lesquels » ?

Répondu

Bonsoir,

Imaginez que l’on dise : « La ville, dont sa cathédrale est célèbre dans le monde entier, reçoit de nombreux visiteurs chaque année ». Cette phrase serait évidemment incorrecte en raison de la redondance de « dont » et de l’adjectif possessif.

Qu’en est-il toutefois lorsque « dont » amène une proposition sans verbe (pour reprendre la formulation du Grand Robert) et prend le sens de « parmi lesquels, incluant, y compris » ?

J’ai relevé quelques exemples de ce type dans lesquels « dont » est suivi d’un possessif :

« Après Hiroshima, le 6 août, Nagasaki a commémoré ce dimanche l’attaque nucléaire qui détruisit en 1945 80% des bâtiments de la ville, dont sa célèbre cathédrale, et provoqua la mort de quelque 74 000 personnes. » (Radio Vatican, 9 août 2015)

« Il faut dire que les nombreux bâtiments anciens de la ville, dont ses temples ‘construits pour la plupart en briques cuites et mortier de boue, avec une structure en bois’ note l’Unesco, ne sont pas la meilleure garantie. » (Le Huffington Post, 26 avril 2015)

« Le grand Incendie de Londres de 1666 avait ravagé une partie de la ville dont ses plus beaux monuments. » (Webzine culturel de Rennes et Bretagne, 23 septembre 2014)

« Ce vendredi 10 avril, la Fédération Tamoule de La Réunion, représentée par un grand nombre de ses responsables de toute l’île, dont son président Daniel Minienpoullé, a présenté aux médias les résultats du grand travail d’équipe qu’elle a réalisé pour préparer la célébration du prochain Nouvel An Tamoul dans notre pays, comme cela se fera dans le monde entier. » (Témoignages, 11 avril 2015)

« Mais les jihadistes ne s’arrêtent pas là : ils sont bien décidés à conquérir tout le pays, dont sa capitale Bagdad, siège historique du califat qu’ils restaurent unilatéralement le 29 juin, sous la tutelle de leur mystérieux et néanmoins charismatique dirigeant Abou Bakr al-Baghdadi. » (Myriam Benraad, Irak, la revanche de l’histoire, quatrième de couverture)

Sont-ce des emplois fautifs (découlant probablement d’une contamination par les équivalents que j’ai cités et qui peuvent être suivis d’un possessif) ?

Ou bien est-ce correct, en considérant que, dans cette acception particulière, « dont » ne peut être remplacé par « de » suivi de l’antécédent et, partant, ne fait pas pléonasme avec le possessif ?

Merci.

Guillaume Amateur éclairé Demandé le 13 mai 2016 dans Question de langue
Ajouter un commentaire
5 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonjour.
L’Académie dit : « L’antécédent de dont ne peut être rappelé dans la proposition relative par un adjectif possessif ou un pronom personnel »
Il n’est pas fait mention que la relative pouvait être verbale ou averbale.
Il faut cependant remarquer, qu’à l’exception de la dernière phrase que vous prenez en exemple, ce n’est pas l’antécédent de dont qui est repris par le possessif :
– « 80% des bâtiments de la ville, dont sa célèbre cathédrale » (c’est la cathédrale de la ville)
-« les nombreux bâtiments anciens de la ville, dont ses temples » (ce sont les temples de la ville)
-« une partie de la ville dont ses plus beaux monuments. » (ce sont les monuments de la ville)
-« un grand nombre de ses responsables de toute l’île, dont son président » (c’est le président de l’île)
Mais la dernière phrase est probablement fautive : « tout le pays, dont sa capitale Bagdad » (là c’est la capitale du pays, qui est l’antécédent)
Je dirais donc que la dernière phrase n’est pas correcte.
Cordialement

PhL Grand maître Répondu le 13 mai 2016
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Dont au sens de «  parmi  lesquels »  peut introduire une relative averbale.

https://books.google.fr/books?id=Cva6FlQ-5nYC&pg=PA260&lpg=PA260&dq=relative+averbale&source=bl&ots=9hz55pXCS4&sig=uoRX5P1oKvi0pbFVEZaOULC8UuU&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjUxJHYttbMAhUB7hoKHRoDCEcQ6AEIPjAF

Les phrases que vous avez proposées sont donc correctes. Ne pas oublier les virgules qui encadrent cette relative averbale.

Trois juges , dont moi , décernerons des prix. 
Quelques amis étaient présents , dont  votre père.

czardas Grand maître Répondu le 13 mai 2016
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Ma question ne porte pas sur le fait de savoir si dont peut introduire une relative averbale.

Il s’agit de savoir si, au contraire des relatives verbales classiques où dont ne peut pas être suivi d’un possessif renvoyant à l’antécédent, cela est possible dans le cas des relatives averbales.

La mention « renvoyant à l’antécédent » est ici importante, car dans l’exemple du Français correct de Grevisse (« Quelques amis étaient présents, dont votre père. ») dont est suivi d’un possessif, mais celui-ci ne renvoie pas à l’antécédent (« quelques amis »).

En d’autres termes, peut-on dire : « Des bâtiments de la ville, dont sa célèbre cathédrale, ont été détruits » ?

Ou faut-il dire : « Des bâtiments de la ville, dont la célèbre cathédrale, ont été détruits » ?

Guillaume Amateur éclairé Répondu le 13 mai 2016
Ajouter un commentaire

Merci de votre réponse PhL.

Je pense en effet que vous avez vu juste.

Cordialement.

Guillaume Amateur éclairé Répondu le 13 mai 2016
Ajouter un commentaire

Dont signifiant de qui, de quoi, duquel, desquels,  ce pronom relatif contient en quelque sorte un de. Il ne faut pas employer dont lorsque son antécédent est uni à la préposition de.
Il est incorrect d’écrire : « L’homme dont notre ami va épouser sa fille est un gros industriel. »
Il faut écrire : « L’homme dont notre ami va épouser la fille est un gros industriel. »

En revanche, lorsque dont signifie « parmi lesquels », la préposition de disparaît, et l’emploi avec un possessif est tout à fait correct. Vos phrases sont donc correctes, mais sauf la dernière.
En effet, dont ne signifie pas parmi lesquels, mais plutôt « duquel » (préposition). L’antécédent dépend d’une préposition, la phrase est incorrecte.
Il faut écrire : « […] tout le pays dont la capitale Bagdad… »

jean bordes Grand maître Répondu le 13 mai 2016

Bonjour,

Je pense effectivement que la dernière phrase est incorrecte, mais plutôt pour la raison invoquée par PhL.

La phrase « Tout le pays, duquel la capitale Baghdad, a été conquis » n’a aucun sens. Il faut plutôt la comprendre comme signifiant : « Tout le pays, parmi lequel (= y compris/incluant) la capitale Baghdad, a été conquis. »

Il est vrai que les grammaires donnent toujours, comme équivalent de cette acception de dont, « parmi lesquels » au pluriel, mais il me semble que l’antécédent peut tout à fait être singulier (et dont signifier, dans un tel cas, « parmi lequel » ou « parmi laquelle ») s’il désigne un ensemble pouvant être divisé en entités plus petites.

Il en va de même de l’exemple suivant, où l’antécédent est aussi singulier :

« Le grand Incendie de Londres de 1666 avait ravagé une partie de la ville, dont (= parmi laquelle) ses plus beaux monuments. »

le 13 mai 2016.

Je ne suis pas tout à fait d’accord.
« Parmi » ne s’emploie qu’avec un pluriel ou un collectif.
Ils ont détruit la plupart des monuments, parmi lesquels (dont) sa cathédrale :
parmi lesquels <==> parmi  les monuments.
Donc, dont ne peut remplacer « parmi lequel » ou « parmi laquelle ».

Je maintiens (même si ce n’est pas esthétique [d’où l’emploi de dont]) :
« […] ils sont bien décidés à envahir tout le pays, [de qui, (duquel), (de ce pays)]) « sa » capitale… ». Le « duquel » que j’ai employé, certes peu esthétique, n’est là que pour rappeler la préposition sous-entendue.

Ainsi, dans « Le grand incendie […] avait ravagé une partie de la ville, dont ses plus beaux monuments », on sous-entend « […] une partie de la ville, [de qui, (de laquelle), (de cette partie de la ville)] « ses » plus beaux monuments. »
Il faut écrire : « Le grand incendie […] avait ravagé une partie de la ville, dont les plus beaux monuments. »

le 14 mai 2016.
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.