Dont et les adjectifs possessifs

Bonjour
Le pronom  dont exprime une relation de possession.

Aussi dira-t-on

Il a coupé les arbres dont les branches pourrissaient.

Et non

Il a coupé l’arbre dont ses branches pourrissaient.

Mais quand il y a 2 relationss de possession, on est obligé, il me semble, d’utiliser un adjectif possessif, qui peut paraitre fort gênant à l’oreille, comme dans l’exemple suivant.

Il a dédommagé le monsieur dont il a brisé les vitres de sa voiture.

Cette dernière phrase est-elle correcte ?
Merci.

Brad Grand maître Demandé le 21 août 2018 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

13 réponse(s)
 

J’éviterais le double marqueur de possession ; j’écrirais donc :  Il a dédommagé le monsieur dont il a brisé les vitres de la voiture.

Grammaticalement et stylistiquement, cette phrase est meilleure que celle qui comporte sa.

De plus, son sens est très clair, car la voiture est nécessairement celle  du « monsieur ».  En effet,  dont ==> les vitres appartiennent au « monsieur » ;   les vitres de la voiture ==> la voiture appartient au possesseur des vitres (de la voiture), donc au  « monsieur » en question.

Prince Grand maître Répondu le 21 août 2018

Bonjour Prince, j’ai retrouvé l’article (ici, sur la BDL) auquel je me référais pour dire que, bien que votre proposition soit effectivement meilleure que celle comportant le possessif sa (qui, elle, est bel et bien fautive car comportant une redondance), elle n’est cependant pas « parfaitement correcte ». Il y est notamment dit :

————————————————————————————————————–
Enfin, dans la subordonnée relative, il faut éviter d’employer dont avec un complément introduit avec la préposition de […]

Exemples :

–  Le ministre dont j’avais écrit le texte de l’allocution a été retenu à Québec.

On écrira plutôt :

–  Le ministre duquel (ou : de qui) j’avais écrit le texte de l’allocution a été retenu à Québec.
————————————————————————————————————–

La construction de cet exemple est exactement celle de la phrase de Brad (deux possesseurs différents, le texte de l’allocution et l’allocution du ministre). Dans la phrase de Brad, le complément de dont est logiquement la voiture (du monsieur), introduit par de, ce qui est à éviter.

le 22 août 2018.

Oui, Prince, le sens est clair, on sait de quoi il s’agit, mais je ne sais pas si écrire « …… il a brisé les vitre de la voiture  » sans indiquer de quelle voiture il s’agit ou à qui elle appartient est meilleur que d’écrire « ….il a brisé les vitre de sa voiture »

Brad Grand maître Répondu le 21 août 2018

Bonjour Brad.

Je pense qu’il faut ôter toute marque de possession pour la voiture. en effet on sait qu’il s’agit des vitres de ce monsieur, a fortiori celles de la voiture de ce monsieur.

J’écrirais : Il a dédommagé le monsieur dont il a brisé les vitres de voiture.

PhL Grand maître Répondu le 21 août 2018

Vous trouvez donc tous les deux  que l’adjectif  » sa  » est à éviter.  Je sentais bien qu’il clochait, même si grammaticalement, il se justifie.
Merci d’avoir répondu

Brad Grand maître Répondu le 21 août 2018

« les vitres » est complément de dont. voiture est complément de vitres. « voiture » se construit avec le possessif sa qui est indispensable pour déterminer le possesseur de la voiture.

jean bordes Grand maître Répondu le 21 août 2018

Non, Jean Bordes : j’ai montré que sa n’est aucunement indispensable  pour déterminer le possesseur de la voiture.

Plus généralement, je persiste à considérer que la phrase : Il a dédommagé le monsieur dont il a brisé les vitres de la voiture  est la meilleure grammaticalement, stylistiquement et sémantiquement.

le 21 août 2018.

On peut écrire la phrase comme suit:
Il a cassé la vitre de la voiture du monsieur qu’il a dédommagé.
De  dit à qui appartient la vitre et du à  qui appartient la voiture.
En introduisant dont, on le substitue à « de ».  Et on ne peut pas faire l’impasse sur le  » du » et  l’adjectif possessif « sa »  s’impose.
Le seul problème est qu’on répugne ou hésite à utiliser un possessif après dont, bien  que l’on  sache que c’est parfaitement correct  grammaticalement dans la phrase donnée en exemple.

Brad Grand maître Répondu le 21 août 2018

Bonjour Brad, aucune des phrases données en exemple n’est « parfaitement correcte ». Si vous considérez que les vitres sont celles de la voiture et la voiture celle du monsieur, alors vous ne pouvez simplement pas utiliser dont. La seule formulation correcte dans ce cas est il a dédommagé le monsieur de la voiture duquel (ou de qui) il a cassé les vitres.

Cela dit, bien qu’elle ne soit pas « parfaitement correcte », la tournure le monsieur dont il a cassé les vitres de la voiture reste compréhensible et généralement admise. En revanche, dont il a cassé les vitre de sa voiture me semble clairement fautif (redondance avec sa).

Remarquez aussi que la phrase proposée par PhL contourne habilement cette difficulté en considérant que les vitres cassées sont celles du monsieur, et que ce sont des « vitres de voiture ». Sa tournure avec dont est, elle, « parfaitement correcte », mais au prix d’une modification de la « chaîne d’appartenance » initiale (les vitres de la voiture, la voiture du monsieur).

ChristianF Grand maître Répondu le 21 août 2018

Bonjour ChristianF
Oui, les phrases proposée par Prince et PhL permettent  d’éviter  » sa », mais elles ne sont pas plus heureuses que la phrase avec « sa ».
Ils n’ont fait en fait qu restituer à la phrase les prépositions que l’adjectif « sa » était censé remplacer, mais le résultat, côté équilibre et harmonie de la phrase, laisse à désirer.
Je ne pense pas que l’on puisse remplacer dont par duquel  ou  de qui  que vous proposez. Le pronom dont sert justement à  ne pas recourir à ces deux expressions. On ne va tout de même pas se mettre à dire:  » la femme de qui ou de laquelle j’ai écrasé le mari  »
Je crois que finalement on n’a pas d’autre choix que de garder notre phrase du début, d’autant que le mot « sa » n’est pas répété.
Il a dédommagé le monsieur dont il a brisé les vitres de sa voiture.
Si  on trouve  qu’elle écorche un peu l’oreille, bien  que correcte et usitée, car je l’ai souvent rencontrée sous cette forme,  il faut alors changer complètement de rédaction..
Cordialement

Brad Grand maître Répondu le 21 août 2018

 Brad,

Ta phrase avec sa, non seulement laisse à désirer sur le plan stylistique, mais de surcroît elle contrevient aux deux principes rappelés par les éminents auteurs du Bon usage (M. Grevisse et A. Goosse) : 

« En principe, on remplace le déterminant possessif par l’article défini quand le rapport d’appartenance est évident (on parle souvent aujourd’hui d’appartenance inaliénable ) »

« En principe, l’article suffit quand le rapport d’appartenance est exprimé par les relatifs dont, de qui, duquel … »

Bonne soirée. 

 .

 

Prince Grand maître Répondu le 21 août 2018

Brad, vous n’avez rien montré du tout.

Voici ce que dit Jacques Desrosiers dans L’Actualité terminologique (Portail linguistique du Canada) :

« Dans des contextes où on risquerait l’ambiguïté il serait toujours correct d’écrire : la femme dont les cheveux flottent sur ses épaules, un écrivain dont l’œuvre est inséparable de sa vie. »

« cheveux » est complément de « femme ». « épaules » est complément de « cheveux » (et non de « femme » !)

« œuvre » est complément de « écrivain ». « vie » est complément de œuvre » (et non de « écrivain » !)

On peut donc garder le possessif.

De plus, dans notre cas, il faut bien dire « sa voiture » et non « la voiture » sinon on ne sait pas à qui appartient la voiture, il y un flou qu’on ne peut laisser.


jean bordes Grand maître Répondu le 21 août 2018

Jean, désolé de vous contredire mais vos exemples (effectivement corrects) ne justifient pas qu’on puisse garder le possessif dans la phrase de Brad, car la construction et notamment les rapports de possession y sont fondamentalement différents :

la femme dont les cheveux flottent sur ses épaules : les cheveux de la femme, les épaules de la femme ; le premier de est exprimé par dont, le deuxième par ses (un seul et même possesseur)

l’écrivain dont l’oeuvre est inséparable de sa vie : l’oeuvre de l’écrivain, la vie de l’écrivain ; le premier de est exprimé par dont, le deuxième par sa (un seul et même possesseur).

le monsieur dont il a brisé les vitres de sa voiture : la voiture du monsieur mais les vitres de la voiture (deux possesseurs différents). Plus précisément : quelle possession du monsieur exprime ici dont ? Pas les vitres puisqu’elles sont celles de la voiture ; donc nécessairement la voiture, donc redondance avec sa qui exprime la même possession.

Encore une fois, sur le plan strictement grammatical, l’usage de dont est impossible dans cette phrase, sauf à modifier les rapports de possession comme l’a fait PhL.

le 22 août 2018.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.