dialogue

Bonjour,

1-J’aimerais savoir s’il faut toujours ouvrir des guillemets à chaque fois qu’une  phrase hors-dialogue apparaît dans un texte. Je sais que les guillemets doivent être fermés puis ouverts s’il y a un paragraphe, Mais est-ce le cas avec une simple phrase? Par exemple:

(cadratin)— Alors, quand on revient au printemps, fit le berger, ils doivent se dire : Tiens, voilà nos deux couillons qui reviennent avec notre gibier préféré…

Paul soupira et décida d’employer les grands moyens.

(cadratin)— Parfait, dit-il, continuez à leur tirer dessus. (….)

Dois-je fermer les guillemets après « préféré » et les rouvrir à « Parfait, dit-il… »

2-J’aimerais également savoir s’il faut, fermer les guillemets après une incise. Par exemple:

« La seule voie d’accès permettant d’atteindre le sentier en corniche qui conduit à cette cabane se trouve au sud-est, au-dessus des mélèzes, surplombant la Chanolette, expliqua le berger. Avec autant de neige, il faudrait une heure et demie pour gagner ces bois. On les traverse jusqu’à leur lisière supérieure (…)»

Est-ce correct de ne pas fermer les guillemets après « expliqua le berger »?

Merci.

rodsulli99 Membre actif Demandé le 14 juillet 2019 dans Général
Ajouter un commentaire
1 réponse(s)
 

Sur le plan typographique, le discours direct est encadré par des guillemets . Dans le cas d’un dialogue, chaque réplique est précédée d’un tiret. Dans l’exemple que vous citez, il faudrait écrire :

— Alors, quand on revient au printemps, fit le berger, ils doivent se dire : « Tiens, voilà nos deux couillons qui reviennent avec notre gibier préféré… »

Paul soupira et décida d’employer les grands moyens.

— Parfait, dit-il, continuez à leur tirer dessus.

Le verbe de communication peut être inséré dans le discours direct.

« La seule voie d’accès, expliqua le berger, est à une heure et demie d’ici. »

Largo Érudit Répondu le 15 juillet 2019
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.