Deux questions de langue

Bonjour à tous,
Je lis dans la presse ce matin (Le Monde)  : « Jebi, nouvel avatar d’un été meurtrier au Japon ».
Me confirmez-vous l’usage abusif du terme « avatar » dans ce titre puisqu’il me semble bien qu’on souhaite lui donner le sens de « malheur » ?

Seconde question :
Dans la phrase à corriger  « Ces CV ont été rédigé à l‘attention des recruteurs », pourquoi « attention » est-il signalé comme incorrect ? (Maîtrisez l’orthographe… page 342. Édition 2013).

Merci à vous et belle journée à tous.

Fabien_B Érudit Demandé le 5 septembre 2018 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Je complète avec la phrase « une note explicative a été rédigé à l’intention de tous les commerciaux » où le mot « intention » n’est pas indiqué comme fautif.

Je ne saisis plus la règle qui me dit pourtant qu' »à l’intention de » signifie « pour quelqu’un, en son honneur, afin de lui faire plaisir ».
Les notes font rarement plaisir aux commerciaux 😉

Fabien_B Érudit Répondu le 5 septembre 2018

Bonjour Fabien,

– dans la langue d’aujourd’hui, je comprends « avatar » au sens de « épisode malheureux » (l’expression la plus courante est « nouvel avatar » — l’ensemble formant un cliché aussi indissociable que « lourd tribut »). Le Petit Larousse mentionne effectivement cet emploi comme « abusif », le Petit Robert en revanche laisse couler… Chacun peut choisir son camp, personnellement j’évite ce genre de clichés comme la peste… 😉

– à l’attention / à l’intention : point éminemment délicat. La nuance est généralement très ténue, je dirais qu’ici le mot qui permet de trancher est « rédigés », qui marque bien « l’intention » (s’ils avaient été simplement « adressés », cela aurait alors plutôt « à l’attention »). Par rapport à ce que vous dites dans votre deuxième message, je ne pense pas pour ma part que l’intention soit nécessairement de faire plaisir (pour moi les trois termes mentionnés dans la règle peuvent être compris comme pour quelqu’un ou en son honneur ou afin de lui faire plaisir). Voir notamment ici, sur le site du Projet Voltaire où la règle complète est expliquée et illustrée par des exemples, la phrase n° 8 « Une réunion a été organisée à l’intention des parents d’élèves » (« à l’intention », mais pas précisément « en leur honneur » ni « pour leur faire plaisir »… 🙂 ).

Pour une meilleure lisibilité, je reporte ici un commentaire apporté plus loin : après relecture et analyse approfondie des différents exemples proposés ici et là, je crois pouvoir dégager une « règle de pouce » générale et simplificatrice : « à l’attention de » concerne ou sous-entend toujours et uniquement une mention portée sur un document. Dans tous les autres cas, c’est « à l’intention » qui s’impose.

ChristianF Grand maître Répondu le 5 septembre 2018

J’ai bien lu l’explication sur le site du Projet Voltaire. Il est fait mention d’une démarche faite en l’honneur de quelqu’un, agréable ou profitable… L’exemple donné  de la rédaction d’un sonnet à l’intention d’une bien-aimée est alors cohérent.

Quant à la rédaction d’un CV ou d’une note, je suis moins convaincu.

le 5 septembre 2018.

Ce qui me gêne c’est que nous parlons là de documents sur lesquels figurent bien souvent les mentions « à l’attention de ». Contrairement à la réunion pour laquelle le choix « intention » me semble logique :/

le 5 septembre 2018.

J’ai lu aussi cette phrase, mais comme je l’ai ajouté dans ma première réponse, l’exemple n° 8 contredit un peu cette nécessité d’honneur, de plaisir ou d’être agréable. Je pense qu’il faut prendre l’intention dans un sens plus large en lui ajoutant la notion d’utilité (ce qui peut aussi être le sens de « profitable » dans la règle ci-dessus).

le 5 septembre 2018.

Merci à vous Christian.
Dans ce cas-là, diriez-vous plutôt  « Nous avons laissé un petit mot à l’attention de votre supérieur » plutôt qu' »à l’intention » ?

Fabien_B Érudit Répondu le 5 septembre 2018

Quand je disais que la nuance était ténue… 🙂 Ici je pense que les deux sont acceptables, selon qu’on considère que le sens est  « Nous avons laissé à l’attention de votre supérieur [un petit mot] » ou « [Nous avons laissé] un petit mot à l’intention de votre supérieur« …

le 5 septembre 2018.

ah ah ah ! Mais cela devient machiavélique 😉
Bon, il me reste plus qu’à croiser les doigts pour cet après-midi (sur le gril à 13 h 30)
Merci encore.

le 5 septembre 2018.

Après relecture et analyse approfondie des différents exemples proposés ici et là, je crois pouvoir dégager une « règle de pouce » générale et simplificatrice : « à l’attention de » concerne toujours et uniquement une mention portée sur un document. Dans tous les autres cas, c’est « à l’intention » qui s’impose. Voilà. J’espère que ce truc vous sera utile et je croise les doigts pour vous… 🙂

le 5 septembre 2018.

J’aimerais tellement prendre votre « règle de pouce » mais quand je vois que L‘Officiel du Certificat Voltaire estime correcte la phrase  » Nous avons laissé un petit mot à l’attention de vos supérieurs », cela ne marche plus :/
En tous cas, merci mille fois pour vos encouragements !

Fabien_B Érudit Répondu le 5 septembre 2018

Tout dépend comment est formulée la question : cette phrase ne peut effectivement pas être considérée comme incorrecte et ne contredit pas la règle de pouce puisqu’elle peut se comprendre comme « Nous avons laissé un petit mot [portant la mention] à l’attention de [les personnes concernées] ». Mais on ne pourrait pas la proposer avec une alternative (exclusive) à l’attention de / à l’intention de car ici ces deux formulations sont tout aussi acceptables.

le 5 septembre 2018.

Bien vu ! Je garde la règle sous le coude alors 🙂

le 5 septembre 2018.

Bonjour,

AvatarC’est sans doute par confusion avec avarie et aventure que avatar est souvent employé abusivement dans le sens de « incident, mésaventure, événement fâcheux ». 
Il est préférable d’employer des équivalents tels que : accident, incident, malchance, mésaventure, tribulations.

À l’attention de, à l’intention de : l‘avis de l’Académie française.

N’oublie pas de préciser sur l’enveloppe : « À l’attention de Monsieur Martin.»
Prions à l’intention de nos défunts.
Il ont préparé cette chambre à l‘intention de leur futur enfant.

Voir cette vidéo de Bernard Cerquiglini

czardas Grand maître Répondu le 5 septembre 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.