deux cent ou deux cents pour les billets de banque ?

Vous les voulez comment ? En cent ? Deux cent ?

– Euh … En deux cent, s’il vous plaît.

Il étale les billets comme on étale un jeu de cartes, tous du même côté, bien visibles pour les caméras au plafond, les recompte.

MERCI

Bodrova Amateur éclairé Demandé le 23 août 2018 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

deux ? donc cents

e_magnin Grand maître Répondu le 23 août 2018

En l’occurrence vous avez raison, e_magnin, cependant attention à la règle « deux donc cents » qui peut être prise en défaut : j’ai lu ce livre jusqu’à la page deux cent, par exemple… 🙂

Je complète mon commentaire pour qu’il soit utile à Bodrova et aux autres participants intéressés : la règle générale qui précise que cent prend un ‘s’ dans deux cents, trois cents… neuf cents non suivi de dizaines ou d’unités est valable pour les adjectifs cardinaux (qui expriment un nombre ou une quantité de quelque chose) mais ne s’applique pas aux ordinaux qui expriment un numéro d’ordre, par exemple : la page deux cent, l’an mille neuf cent, l’appartement trois cent, etc. Dans le cas présent, un billet de deux cents, il s’agit bien d’une quantité (deux cents euros, dans le langage familier on peut omettre le mot euro qui est sous-entendu).

Note : la même distinction s’applique à quatre-vingt(s) : une femme de quatre-vingts ans, un montant de quatre-vingts euros (qui devrait se prononcer quatre-vingts ‘zeuros’ comme quatre-vingts ‘zans’) mais le numéro quatre-vingt, les années quatre-vingt.

le 23 août 2018.

Oui, mais, ça, c’est le niveau supérieur : « Cent » peut être employé dans le sens de « centième », quand il s’emploie par exemple à propos de numéro, de page, d’années… Dans ce cas, il reste toujours au singulier.
[L’explication me semble bizarre, mais je suis, comme ici]

Je savais qu’à la page deux cent, on découvrait que le héros habitait au  numéro trois cent de la rue Vivienne. Mais je viens aussi de repérer qu’on écrit l’année mille neuf cent.
Il est vrai que j’écris plutôt page 200, numéro 300 et l’année 1900. Il est bon d’apprendre à tout âge.

le 23 août 2018.

Bien que la monnaie ne soit pas exprimée, il s’agit d’un adjectif cardinal qui prend un « s » au pluriel. En ajoutant le mot « euros », on fait la liaison. Sinon, les règles de 1990 disent de mettre un trait d’union.

David91 Érudit Répondu le 23 août 2018

« les règles de 1990 disent de mettre un trait d’union. »

Oui, mais elles disent aussi que nous ne sommes pas obligés de les suivre. Ce sont des recommandations.

le 23 août 2018.

À e_magnin, sur les règles de 1990 : « Oui, mais elles disent aussi que nous ne sommes pas obligés de les suivre. Ce sont des recommandations. »
Non, les règles de 1990 ne disent pas qu’on n’est pas obligé de suivre les règles de 1990. Il n’y aurait pas de sens logique à cela.
On peut jouer à la manille avec les règles à l’aquitaine, ou avec les règles à la provençale. Ce sont des règles différentes, on choisit en début de partie avec quelles règles on joue. Le comité d’éthique et de conciliation de la fédération internationale de manille préconise d’appliquer les règles à l’aquitaine. On peut jouer au rugby avec les règles 2007 de la fédération internationale, mais en Australie les équipes de jeunes utilisent encore les règles nationales australiennes de 2004 pour des raisons techniques bien compréhensibles.
Il n’y a pas une différence de degré entre règle, recommandation et préconisation. Une recommandation n’est pas une règle non obligatoire. Une préconisation n’est pas une recommandation faite en fronçant les sourcils.
Les règles établissent un système qui se veut cohérent, souvent justifié, éventuellement arbitraire. Une nouvelle liste de règles orthographiques a été établie en 1990 par une instance non décisionnaire. Ensuite, selon les pays, selon les auteurs, selon les éditeurs, des choix différents sont faits. En France, un ministère a une compétence réglementaire (ou règlementaire) et peut donner des instructions aux enseignants et correcteurs. L’obligation faite aux auteurs et correcteurs d’appliquer tel ou tel système de règles est un pouvoir qu’ont également les directeurs de maisons d’édition. Ces obligations peuvent s’imposer à des fonctionnaires, à des subordonnés, mais pas à Bodrova.
Il y a d’une part un ensemble de « règles 1990 », et d’autre part des recommandations ou obligations faites par telle ou telle instance de les utiliser. Nous avons donc deux systèmes de règles : l’ancien dont j’ignore le nom, et celui de 1990. C’est des règles de 1990 que j’ai parlé dans mon commentaire ci-dessus. C’est assez facile à comprendre, parce que ma phrase commence par « les règles de 1990 disent que ».
Normalement, à ce stade de la conversation quelqu’un va débarquer avec un texte officiel titré ‘préconisations’ : ah ah ! vous voyez que j’ai raison. Puis un autre participant citera le contenu où il est question de ‘règles’ : ah ah ! ce sont bien des règles, vous voyez ? C’est un peu la raison pour laquelle j’ai quitté un forum de discussion pour venir voir ici si on était plus rigoureux. Mais non.
Et e_magnin, comment pouvez-vous, après avoir répondu plus que négligemment à Bodrova « deux ? donc cents », continuer à consulter les réponses des autres contributeurs ? Que cherchez-vous ?

David91 Érudit Répondu le 23 août 2018

« deux ? donc cents » n’était pas négligent, mais rapide, succinct, voire lapidaire. J’essayais de donner une réponse aidante. Apparemment ,
ce n’est pas la bonne formule.

Sur les recommandations  de 1990,  je maintiens ce que j’ai dit : elles sont des recommandations. On peut les suivre ou non.
Or, la phrase « Sinon, les règles de 1990 disent de mettre un trait d’union. » ne laissent pas le choix.
Mais je peux me tromper.

e_magnin Grand maître Répondu le 23 août 2018

À e_magnin.
Avec les règles 1990, vous mettez un trait d’union.
Avec les règles traditionnelles, vous ne mettez pas de trait d’union.
Les règles de 1990 disent de mettre un trait d’union.
Les règles d’avant 1990 disent de ne pas mettre de trait d’union.
Si  on suit une recommandation d’appliquer de nouvelles règles, on met un trait d’union.
Si la recommandation d’appliquer les nouvelles règles ne nous concerne pas, si on souhaite l’ignorer, on ne met pas de trait d’union.
Il y a certainement un problème dans ma formulation, mais je ne le cerne pas.

David91 Érudit Répondu le 23 août 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.