Deux à trois cuillères de sucre

Bonjour,
Je suis surpris que cette tournure soit incorrecte. Je comprends bien que l’on ne puisse pas dire « deux à trois personnes » mais « deux ou trois personnes » car les êtres sont indivisibles. Je trouvais cependant ici que l’expression du contenu (à savoir le sucre) permettait d’envisager une division, en imaginant de mettre deux cuillères et demie par exemple 😉

Beaucoup de recettes de cuisine sont alors écorchées ?

Merci à vous.
Fabien

Fabien_B Érudit Demandé le 27 août 2018 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

8 réponse(s)
 

Bonsoir Fabien,

Vous avez raison sur toute la ligne.

En effet, il n’est pas possible de dire deux à trois personnes ou deux à trois chevaux, mais on peut dire deux à trois cuillères de sucre (pour la raison que vous indiquez).
En revanche, on pourrait dire , bien évidemment, deux ou trois  personnes.

Cordialement.

Prince Grand maître Répondu le 27 août 2018

Pour ceux qui aiment les demi-mesures…  
On peut toujours être pointilleux certes, mais il n’est pas de la vocation de cuillères à café d’être emplies aux 5/8 ou même à moitié. Je n’ai jamais vu de telles recettes !
Il faut garder au certificat Voltaire son côté pragmatique, même si les difficultés sont parfois assez littéraires…

Chambaron Grand maître Répondu le 27 août 2018

Je commence à m’y perdre un peu… dans ce cas-là « deux à trois pincées » de sel n’est pas correct ?

Fabien_B Érudit Répondu le 27 août 2018

Pour moi, dans cet exemple, la cuillère est prise comme unité de mesure (divisible) et non comme un objet.  Je m’insurge 😉

Fabien_B Érudit Répondu le 27 août 2018

Là, vous tatillonnez… Les cuillères ou les pincées ne sont pas au quotidien des unités divisibles (sauf peut-être la toute première demi-cuillerée). En-dessous de la cuillère à café, j’utilise un compte-goutte ou une balance de précision. ;–)

le 27 août 2018.

Je suis pourtant de l’avis de Fabien, « une cuillère » est une unité parfaitement divisible, la preuve : si je mets une cuillère de sucre dans mon café je ne le trouve pas assez sucré, si j’en mets deux il l’est trop, j’en mets donc en général « un peu plus d’une cuillère » (une cuillère pleine et une petite, ou encore deux cuillères pas tout à fait remplies)… 🤓 Plus sérieusement — et sans tatillonner — je trouve que le site de Voltaire n’aurait pas dû prendre cet exemple qui est pour le moins litigieux.

le 27 août 2018.

Je vous suis, l’exemple n’est pas des plus heureux…

le 27 août 2018.

Certes 😉
Merci pour vos retours.

Fabien_B Érudit Répondu le 27 août 2018

Je suis surtout étonnée que le Projet Voltaire ne soulève pas un autre très gros problème dans cette phrase, et qui me semble bien plus important : on ajoute une « cuillerée » c’est-à-dire le contenu de la cuillère !
Si vous parlez de « cuillères de sucre« , alors il s’agit de sucre sculpté en forme de cuillères.
De la même façon que l’on dit « finir son assiettée » et non pas « finir son assiette« , sinon il faut espérer qu’il s’agit de vaisselle comestible……

Cathy Lévy Grand maître Répondu le 27 août 2018

Bonjour,

Visiblement, la grammaire est folle et fait perdre la raison. La grammaire a son utilité, mais il doit y a des limites ! Il y avoir des fautes de langage qu’il faut signaler, mais il doit y avoir des limites

On dit couramment une à deux cuillères et deux ou trois cuillères depuis la dernière ère glaciaire

Alors pourquoi vouloir décréter que l’une des formulations est erronée ? Surtout que cela ne prête pas à conséquence, deux et trois étant les limites de la fourchette entre lesquelles doit se situer la dose. Strictement parlant, la bonne formulation est deux à trois cuillères. Mais s’il y a ou, personne ne pensera qu’il est interdit d’utiliser une cuillère et demie.

Il y a aussi la question posée par Cathy Lévy. Il s’agit bien de cuillerées. Mais depuis la naissance d’Adam, les gens disent aussi cuillères tout en sachant qu’il s’agit du contenu de la cuillère. Les gens ont décidé de parler ainsi, il leur est plus facile de dire cuillère que cuillerée, alors de quel droit la grammaire et les grammairiens viennent-ils les embêter ?

Quand les gens renonceront dans leur grande majorité à l’une des formulations, alors, oui, la grammaire pourra dire aux distraits : « Attention, les choses ont changé, aujourd’hui on ne parle plus comme  vous, il faut vous mettre à jour, à la mode. »

Brad Grand maître Répondu le 28 août 2018

Cela s’appelle techniquement un emploi par métonymie et est très courant en français, soutenu ou non…
Pour éviter toute ambigüité dans le cas présent, on peut différencier par la préposition :
– une cuillère en sucre : indique la matière ;
– une cuillère (cuillerée) de sucre : indique la contenance.

le 28 août 2018.

Oui Brad, je suis plutôt d’accord avec vous, en ce qui concerne la dose de sucre ajoutée dans le café.
En revanche, pour ce qui est du contenant, je suis formelle, la tournure est inappropriée.
En effet, il faut qu’une langue évolue, mais de préférence dans le bon sens. Quand on dit d’une maladie qu’elle évolue, c’est qu’elle s’aggrave… Alors ce vieux refrain de  « tout le monde le dit » n’est pas un argument, et en tout cas certainement pas une preuve que « cela se dit ».

Cathy Lévy Grand maître Répondu le 28 août 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.