de + article + nom

Répondu

Bonjour à toutes et à tous,

J’écris sur ce forum pour vous poser une question à laquelle il me semble particulièrement  difficile de répondre pour un natif (savoir utiliser sa langue et l’expliquer efficacement sont deux choses très différentes). Il s’agit en réalité d’une question de FLE. Je suis professeur de français à l’étranger et parfois je me retrouve face à des questions qui ne sont pas du tout évidentes. Faute d’informations à ce sujet sur internet dans des sites spécialisés, j’ai décidé de recourir à ce forum espérant trouver une règle claire. Il me semble important de vous dire que le français n’est pas ma langue maternelle. J’ai appris le français il y a 5 ans, et je vous avoue que depuis, ce sujet reste un mystère pour moi. Personne n’a jamais pu me répondre clairement.

En français on utilise des déterminants pour se référer à des noms. Selon leur fonction sémantique , on peut classer ces déterminants  en  d. numéraux, d. indéfinis (ou quantificateurs), d. démonstratifs, d. articles (partitifs, définis et indéfinis) et d. possessifs. Ma question porte sur l’utilisation des déterminants articles définis.

Avant de continuer, il me paraît important de dire qu’en français (aussi bien que dans toutes les  langues romanes), il est obligatoire d’utiliser des déterminants avant chaque nom. Il existe pourtant des cas très spécifiques où il existe un effacement du déterminant. C’est à ce sujet que j’ai des doutes.

Pour les déterminants article définis nous avons:

  • Le, la , l’, les
  • du, des (articles contractés (prep. de + article défini), à ne pas confondre avec les articles partitifs du et des).
  • De la, de l’ (préposition de et article défini, à ne pas confondre avec les partitifs de la et et de l’).

Exemples:

  • La France  est un pays européen (article défini la).
  • La tête du monsieur (article contracté prép de + article défini le). Ce cas sert à compléter un nom. (Nom1 + nom 2)

Mon interrogation vient ci dessous :

Il y a des cas où il existe un effacement de l’article et je n’arrive pas à identifier à quel moment et pourquoi on doit se passer de l’article.  Cela m’arrive aussi dans le cas contraire, c’est-à-dire quand il ne faut pas omettre l’article. Même si ça arrive souvent aussi en espagnol (ma langue maternelle), ces deux langues diffèrent énormément dans les cas où les articles s’effacent, ce qui rend la compréhension de ce phénomène plus difficile pour moi.

Je vous donne des exemples:

  1. Cas où il ne faut pas omettre l’article:
    – L’office du tourisme (en espagnol on dirait la oficina de turismo).
    – Le bureau des réclamations (en espagnol on dirait la oficina de reclamaciones).
     Paris est la capitale de la France (et non pas de France)

    (Pourquoi pas l’office de tourisme, le bureau de réclamation ou Paris est la capitale de France?)
  2. Cas où il faut omettre l’article:
    – Les monarques de France (et non pas de la France)
    – Découvrir une région de France (et non pas  de la France)

Finalement, doit-on dire le président de France ou le président de la France?

——————————————————————————————————

N.B:

Une remarque: ici je ne parle pas de la provenance. C’est un cas facile à reconnaître où on omet l’article quand il s’agit d’un pays féminin.

Exemple. Il vient de France.

 

 

1 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Votre question est très intéressante, mais difficile.
Voici quelques éléments de réponse:

  • Un nom satellite d’un autre nom. La suppression du déterminant a souvent lieu lorsque le syntagme nominal est complément de nom du type « complément de caractérisation », prépositionnel ou non (nom apposé), ce qui est logique puisque le complément de caractérisation est toujours virtuel :
    • Une cabane de gardien, un pull-over en laine, un train à grande vitesse, une chaise pour enfant, un cassoulet maison… Je vous présente Léonard, médecin à Marseille…
    • On peut également comparer : Le bonnet de ma grand-mère / Le bonnet de coton.
      • Le premier syntagme nominal renvoie à deux référents distincts (« bonnet » et « ma grand-mère »). Le second, ne renvoie qu’à un seul, puisque seul le mot « bonnet » est actualisé (le nom « coton » ne l’étant pas, il ne désigne aucun référent).
  • Un nom attribut, attribut du sujet ou attribut de l’objet :
    • Denise est institutrice. Michel a été employé comme secrétaire.
  • Les titres d’œuvre, les étiquettes, les pancartes, etc. :

(Wikipédia)

  •  

—-

La suppression du déterminant a souvent lieu lorsque le syntagme nominal est complément de nom du type « complément de caractérisation »
Le roi de France : « France »  devenu mot satellite d’un autre mot : suppression du déterminant.
Le roi de la France : on refuse justement cette satellisation pour donner de l’importance à France.
On dit généralement « le président de la France » sans doute pour cette raison.
Et sans doute aussi pour « la capitale de la France ».
—-
Dans les expressions figées le nom n’a souvent pas de déterminant : jusqu’à ce que mort s’ensuive – pieds et poings liés – nez au vent – …
—–

Lorsque le nom complément de phrase (ou circonstanciel) est sans expansion et pris dans une grande généralité, il est le plus souvent sans déterminant :

« par amour » (complément de cause)
« pour affichage » (complément de but)…

– Sillages.info
—-
Et cette page peut vous intéresser : 1189-1

Tara Grand maître Répondu le 8 janvier 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.