Constructions de phrases

Répondu

Bonjour,

Je m’interroge sur la construction de trois phrases que j’ai lues dans un roman :
1. La jeune fille n’échappe pas aux sollicitations à jouer quelques morceaux au piano.
Ne serait-ce pas plutôt :  La jeune fille n’échappe pas aux sollicitations pour jouer quelques morceaux au piano.

2. Elle s’interroge au fond d’elle-même pourquoi il ne lui a jamais écrit.
Ne serait-ce pas plutôt : Elle s’interroge au fond d’elle-même sur la raison pour laquelle il ne lui a jamais écrit.

3. Il veut protéger sa sœur de celui qu’il considérait ne pas être à sa place dans leur famille. Ne serait-ce pas plutôt : Il veut protéger sa sœur de celui qu’il considérait comme n’étant pas à sa place dans leur famille.

Je vous remercie par avance pour vos avis.

Marisa Maître Demandé le 21 juillet 2020 dans Général
5 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Je vous donne le lien vers le CNRTL, il n’y a pas d’exemple de la préposition « à » avec sollicitation. ILest précisé que « à »est suivi d’un subs. et non d’un verbe.
–  Sollicitation à + subst. Si cet aveu n’est qu’une sollicitation au mal, on répond par le silence (Péladan,Vice supr., 1884, p. 285).
D’ailleurs, d’une manière générale, la sollicitation est complété par son origine et non par son objet.
Sauf dans un cas avec « de » : [Le compl. déterminatif objectif désigne l’objet du désir] La collection des petits carnets imprimés de la comtesse Greffulhe avec sollicitation d’une réponse .

Il veut protéger sa sœur de celui qu’il considérait ne pas être à sa place dans leur famille.  Je dirais que c’est beaucoup plus correct que votre proposition « comme étant ». (désolée…) Cette tournure est souvent employée alors qu’elle est lourde et parfois redondante. (Ex. ; je vous considère comme (étant) responsable de cette faute.)

Elle s’interroge au fond d’elle-même pourquoi il ne lui a jamais écrit. En effet, cela ne me paraît pas correct. D’abord parce que on « s’interroge sur » ou « à propos de » (ou alors sans CO)  et non pourquoi, comme vous l’écrivez.  Voir ici les confirmations.

Cela dit, j’ai relu Proust pendant le confinement et certaines tournures nous paraîtraient un peu discutables si on les disséquait.

joelle Grand maître Répondu le 21 juillet 2020

Bonjour

1) Un petit détail qui peut vous intéresser
C’est « jouer du piano », pas « jouer au piano » (jouer à …. = sport)

2) ceci est la construction du verbe « considérer »

Considérer + infinitif
Alors, je crois que « qu’il considérait ne pas être à sa place  » est déjà correct

Edwin

Edwindwianto Grand maître Répondu le 21 juillet 2020

Je remercie Joelle et Edwin d’avoir fait une recherche sur mes interrogations.

Marisa Maître Répondu le 21 juillet 2020

Si sollicitation + à +infinitif n’apparaît pas dans le TLF

On trouve à l’entrée solliciter :
Solliciter quelqu’un à ou de + infinitif. Synonymes :  entraîner à, exciter à, inciter à, incliner à, inviter à, porter à, pousser à.
Il peint l’activité dévorante de cet homme, qui tout à coup, dans un endroit où il paresse inactif, le sollicite de se remuer, de se mettre en route, de faire un voyage (Goncourt)

A. Le sens de la douleur, (…) c’est d’être la voie de l’amour effectif, parce qu’elle nous déprend de nous, pour nous donner autrui et pour nous solliciter à nous donner à autrui. (Blondel)

Comme « sollicitation » est une nominalisation du verbe « solliciter », il ne me paraît pas justifié de ne pas accepter « sollicitation à » :

B. Le sens de la douleur, (…) c’est d’être la voie de l’amour effectif, une sollicitation à nous donner à autrui.

Tara Grand maître Répondu le 21 juillet 2020

Tara, merci pour vos précisions.

Marisa Maître Répondu le 21 juillet 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.