Construction d’une phrase

Bonsoir,

Je me pose une question sur la construction d’une phrase trouvée dans un livre :

Jean-Pierre  discutait avec Sylvie défigurée par son visage couvert de rougeurs.

Est-elle juste, ne manque-t-il pas une virgule ?

Merci.

Ju

Ju Amateur éclairé Demandé le 20 novembre 2016 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

6 réponse(s)
 

Bonjour Ju

Une virgule après Sylvie serait la bienvenue, pour détacher et mettre en valeur les détails donnés à son endroit.  La phrase étant courte, l’auteur a peut-être préféré la supprimer, mais je pense que c’est une erreur.

Evinrude Grand maître Répondu le 20 novembre 2016

Bonjour Ju.

Je suis de votre avis.
La subordonnée « défigurée par son visage couvert de rougeurs » est explicative, car apporte des précisions sur l’état de Sylvie, sans donner d’éléments permettant de l’identifier (son prénom suffit à l’identification).
On devrait donc l’encadrer de virgules, ou dans cette phrase, la séparer de la principale par une virgule :
Jean-Pierre  discutait avec Sylvie, défigurée par son visage couvert de rougeurs.

PhL Grand maître Répondu le 20 novembre 2016

Bonjour,

Je me demande comment on peut être  « défiguré par son visage» !

Défigurer ─  Altérer l’aspect du corps, et en particulier les traits du visage, jusqu’à le rendre méconnaissable.

Jean-Pierre  discutait avec Sylvie  dont le visage abîmé était couvert de rougeurs.

czardas Grand maître Répondu le 20 novembre 2016

En effet, « défigurée par des des rougeurs » suffirait.

le 20 novembre 2016.

Bonsoir, merci à tous.

Concernant la virgule :

Jean-Pierre discutait avec Sylvie, défigurée par son visage couvert de rougeurs.

À l’oral, cela ne pourrait pas prêter à confusion, ne pourrait-on pas croire que c’est Jean-Pierre qui est défiguré ?

Une explicative ne doit-elle pas garder le même sens même si elle est déplacée ? Ici, en la déplaçant, elle ne garde pas le même sens.

Défiguré par son visage couvert de rougeurs, Jean-Pierre discutait avec Sylvie.

Sinon, je suis d’accord avec Czardaz, la formulation est redondante.

Merci.
Ju

Ju Amateur éclairé Répondu le 20 novembre 2016

Effectivement à l’oral on peut ajouter, pour éviter toute confusion, le pronom relatif qui : Jean-Pierre discutait avec Sylvie, qui était défigurée…

La subordonnée explicative doit rester à côté  de ce à quoi on apporte des précisions.

PhL Grand maître Répondu le 20 novembre 2016

Merci Phl. Bonne journée.

Ju Amateur éclairé Répondu le 22 novembre 2016
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.