connaître le nom d’une figure de rhétorique

Bonjour,
Je pose cette question ici bien qu’elle ne soit pas relative à un problème d’orthographe, n’hésitez donc pas à me rediriger si je suis au mauvais endroit. Je voudrais connaître le nom de la figure de rhétorique qui consiste à imputer ses propres propos à quelqu’un d’autre. La visée peut être ironique, il s’agit de donner plus de poids à son argument. Par exemple, dans Phèdre , Socrate attribue à un Laconien la parole suivante « De la parole,  il n’y a pas d’art authentique, si cet art n’atteint pas à la vérité, et il ne pourra jamais y en avoir ».  Mais on se doute bien que, dans le dialogue, elle est une invention de Socrate (Socrate a coutume de feindre l’ignorance).
Merci

Ciel Membre actif Demandé le 4 avril 2021 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Je ne vois pas de nom spécifique pour ce genre de procédé. Je dirais simplement -faute de mieux- qu’il s’agit d’une fausse polyphonie.

Tara Grand maître Répondu le 4 avril 2021

Dans la famille des tropes, ce que vous décrivez me semble avoir du mal à disposer d’un nom en propre.  Ce n’est pas vraiment un procédé oratoire (rhétorique), mais plutôt un style de rédaction en mode indirect.
Cela étant, par éliminations successives, j’arrive à classer cela comme une forme d’antiphrase, cette figure jouant ici un rôle de moteur dans l’échange verbal. Elle n’a pas de sens une fois isolée de son milieu et ne sert qu’à alimenter une dialectique.
Peut-être quelqu’un aura-t-il une autre analyse…

Chambaron Grand maître Répondu le 4 avril 2021
Oui, une prosopopée ou, peut-être plus précisément, une  :                                                                     

« sermocination

Nom commun. (Rhétorique) Figure de rhétorique où l’on fait parler une personne (réelle ou une allégorie) absente, en prenant soin de lui attribuer, un discours qui lui convient, lui ressemble, la sert, en fait du vocabulaire, de la prosodie, etc. (cas particulier [variété] de prosopopée). 

Rem. Laconien : Habitant de la Laconie, dont la capitale était Sparte.

Prince Grand maître Répondu le 4 avril 2021

Merci #Chambaron. En effet, la fameuse prosopopée  !

Ciel Membre actif Répondu le 1 mai 2021

Merci pour vos réponses. #Chambaron : si l’on est derrière le texte (ici dans mon exemple si l’on est Platon) ce procédé est en effet au service de la rédaction, mais si l’on est Socrate (ou quelqu’un d’autre peu importe), dans le dialogue, ce procédé me semblait pouvoir avoir valeur de sophisme (mais quittons toutefois le texte de Platon car ici la citation n’est manifestement pas controuvée et l’on ne peut pas dire que l’usage qu’en fait Socrate soit destiné à tromper) en ce sens qu’il consiste en une opération assez singulière d’enrobage où l’on tente de légitimer son propre dire en lui donnant l’apparence d’une chose digne d’être citée.
Mais peut-être n’est-ce pas une figure si commune, je dois l’avoir rencontré dans des conversations réelles, voilà pourquoi je m’interroge.

Ciel Membre actif Répondu le 4 avril 2021

Je pense vous suivre dans votre raisonnement mais il s’agit d’autre chose que d’un procédé oratoire ou d’une figure « de style ». C’est la démarche intellectuelle même qui est en jeu.
Il y a quelque chose ici de la prosopopée, forme familière chez les Grecs anciens, donnant vie à un élément inanimé ou personnifié. Un personnage fictif, de circonstance, peut alors devenir un sparring partner du rédacteur, uniquement justifié par le renvoi de balle dans l’argumentation.
Il s’agit alors là d’un vrai précédé stylistique, ressuscité en France à la Renaissance, avec de nombreuses formes de  La Fontaine aux surréalistes.

le 4 avril 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.