Conditionnel

Bonjour,

Dans la phrase ci-dessous, j’aurais mis naturellement un conditionnel, puis j’ai eu un doute à cause de la nuance avec le futur.

— Vous êtes un expert !
— Pour rester modeste, je dirais (ou dirai) que je me débrouille.

Merci.

SandrineDC Maître Demandé le 20 août 2022 dans Conjugaison

Pour ne plus vous poser cette question ni tant d'autres,
découvrez les formations en orthographe et en expression du Projet Voltaire :

5 réponse(s)
 
    • J’emploierais le conditionnel. Comme je le fais toujours quand je répond à une question ici. C’est plus élégant. 

 

Prince Grand maître Répondu le 20 août 2022

Vous l’écririez avec un S comme dans « quand je répondS » ?

le 20 août 2022.

Bonjour,
Au vu du dialogue et du début : « Pour rester modeste…  » je préfère le conditionnel.

Ouatitm Grand maître Répondu le 20 août 2022

Pour rester modeste, je dirai / disons que je me débrouille.
Je me débrouille dirons-nous, pour rester modeste.

À mon avis le conditionnel n’a rien à faire là. En effet, dans ce cas précis, il ne s’agit pas d’une « hypothèse », et je ne vois pas ce que « l’élégance » ou « la préférence » ont à voir avec la grammaire ou le bon sens.
Pour reprendre l’exemple de Tara, à  la première personne du pluriel cela donne « dirons-nous » et non pas « dirions-nous« , ce qui n’aurait pas de sens, me semble-t-il.

Cathy Lévy Grand maître Répondu le 20 août 2022

La formule « je dirais » équivaut à un « je pourrais dire », et donc est une atténuation parfois utile dans les rapports sociaux.
Cette formule est peut-être figée à la première personne.
Je maintiens qu’on a le choix. Le futur est plus direct et le conditionnel peut apparaître comme une hésitation, dommageable parfois.

le 20 août 2022.

J’ajoute que le conditionnel, en sus de l’hypothèse, sert également à exprimer le souhait.
Ce qui explique ma « préférence », pour rester modeste n’ayant pas la même valeur que je suis modeste  ou étant modeste.

le 20 août 2022.

Bonjour Sandrine,

On appliquera la concordance des temps et on mettra donc un futur ou un conditionnel selon le temps de la proposition conditionnelle sous-entendue :

Pour rester modeste, (si je dois me prononcer) je dirai que je me débrouille.

Pour rester modeste, (si je devais me prononcer) je dirais que je me débrouille.

souriceau Maître Répondu le 20 août 2022

Pour rester modeste, je dirais (ou dirai) que je me débrouille.
En changeant de pronom : Pour rester modeste, nous dirons/dirions que je me débrouille.
On sent mieux la nuance sans l’homophonie.
Le conditionnel énonce le fait comme une hypothèse. Le futur affirme.

On choisit.

Tara Grand maître Répondu le 20 août 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.