Comment reconaitre le COD et l attribut

dali Débutant Demandé le 18 janvier 2015 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

1- L’attribut du sujet est présent avec les verbes d’état ou verbes attributifs qui expriment une manière d’être du sujet :
il paraît fatigué. (fatigué = attribut du sujet « il »)
Je suis une fille (une fille : attribut du sujet « je »)
Attention, avec un verbe d’état : ne pas poser la question quoi ? Je suis quoi …. ça ne va pas du tout.

Liste des verbes d’état : 
–  être, paraître, sembler, demeurer, devenir, rester, ainsi que les locutions verbales avoir l’air et passer pour.
Exemple : Julien est content : il restera le premier. Il est demeuré sans voix.

2- Le COD est présent avec les verbes d’action. C’est-à-dire tous les autres mais attention uniquement avec les verbes transitifs directs : Je mange la pomme (je mange quoi ? la pomme)
ce qui exclut de nombreux verbes et par exemple le verbe dormir par exemple (on ne peut pas « dormir » quelque chose, mais faire un petit somme oui….).
Certains verbes peuvent être transitifs ou intransitifs en fonction du sens.
Exemples : Elle monte un meuble ; La mer monte.

3- L’attribut du complément d’objet direct : Marie trouve sa maison trop petite (petite = attribut du C.O.D maison).
Elle trouve quoi ? sa maison (COD) ; elle la trouve comment -sa maison  ? trop petite (attribut du COD)
je ne les crois pas capables de faire de telles bêtises.ils ont jugé cette pièce de théâtre passionnante .
Avec des verbes d’action, bien sûr.
http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-104660.php
Si vous voulez faire quelques exercices !

joelle Grand maître Répondu le 18 janvier 2015

L’attribut est le mot ou groupe de mots exprimant la qualité, la nature ou l’état qu’on rapporte, qu’on attribue au sujet par l’intermédiaire d’un verbe : ce livre est épais.
On attribue au sujet la qualité d’épais, comme si on unissait l’idée d’épaisseur à l’idée de ce livre. On lie les deux idées par le verbe.
Il y a deux espèces d’attributs :
1. L’attribut du sujetle fruit est mûr.
2. L’attribut du complément d’objetIl utilise cette plante comme remède.
• L’attribut peut être relié au sujet :
a) par le verbe être
b) par un verbe d’état : devenir, tomber (tomber malade), demeurer (demeurer sceptique ). paraître, sembler, etc.
c) certains verbes d’action à l’idée desquels on associe implicitement l’idée du verbe être : il mourut pauvre (il mourut  [étant] pauvre).
On peut signaler : aller, constituer (constituer un vol), dormir, mourir, partir (partir en colère), passer, sortir, tomber, venir, vivre, etc.
N.B. Attention ! « constituer un vol »
« Détourner un seul centime  constitue un vol. ». « un vol » répond à la question quoi ? :  [Détourner […] quoi ? un vol]. Non ! « un vol » n’est pas complément d’objet direct, il est attribut. En effet, « constitue » à ici valeur de verbe d’état,  on pourrait dire : Détourner un seul centime « est » un vol.
• Les verbes qui relient l’attribut au complément d’objet direct sont des verbes d’action à l’idée desquels on associe implicitement l’idée du verbe être : je trouve ce livre intéressant  (je trouve [que] ce livre [est] intéressant).
On peut signaler les quelques verbes suivants : affirmer, appeler (il s’appelle Jacques), croire, donner, estimer, imaginer, juger, laisser, nommer (on le nomma ambassadeur), rendre, sentir, supposer, trouver, etc.
L’attribut peut être :
1. Un nom : La Terre est une planète.
2. Un mot pris substantivement : Ceci est un à-côté.
3. Un pronom : Vous êtes celle que j’ai choisie.
4. Un adjectif ou une locution adjective : L’homme est mortelNous sommes sains et saufs.
5. Un adverbe : Ce garçon est très bien.
6. Un infinitif : Chanter n’est pas crierCette maison est à vendre.
7. Une proposition : Mon avis est qu’il se trompe.

Le complément d’objet direct est le mot ou groupe de mots qui se joint au verbe sans prépositions pour en compléter le sens en marquant sur qui ou sur quoi se passe l’action ; il désigne la personne ou la chose auxquels aboutit l’action du sujet :

sujet. -———> verbe ———> objet
Le bûcheron.    abat               un arbre

Pour reconnaître le complément d’objet direct, on place après le verbe la question qui ? ou quoi ?
Je chante une chanson ; je chante quoi ? une chanson.
Il faut observer que dans une proposition au passif le complément d’objet direct devient sujet : les moutons sont gardés par le berger les moutons est sujet et complément d’objet direct (le berger garde les moutons).
Le complément d’objet direct peut être :
1. Un nom : j’ai emprunté son  vélo.
2. Un pronom : vous me connaissez. Prenez ceci.
3. Un mot pris substantivement : il demande le pourquoi et le commentIl aime le beau.
4. Un infinitif : Je veux partir.
5. Une proposition : j’affirme que ce livre m’appartient.
(Sources : Le petit Grevisse)

jean bordes Grand maître Répondu le 18 janvier 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.