comment en pouvait-il être autrement

Répondu

Bonjour,

Je me tourne vers Édouard. Il est réveillé – comment en pouvait-il être autrement ? (*) – et semble nous observer avec amusement.

(*) à cause du bruit

D’après vous, est-il possible de remplacer « en pouvait-il » par « en pourrait-il » ou « se pouvait-il » ou « se pourrait-il » ? Quelles tournures sont correctes ici ?

Merci

Automne Grand maître Demandé le 21 février 2021 dans Général

Pour ne plus vous poser cette question ni tant d'autres,
découvrez les formations en orthographe et en expression du Projet Voltaire :

3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Voici les phrases correctes. Notez la place du pronom « en ».
Le conditionnel  donne un degré de plus dans la spéculation, et verse dans l’irréel.

Je me tourne vers Édouard. Il est réveillé – comment en pouvait-il en être autrement ? –
et semble nous observer avec amusement.
Je me tourne vers Édouard. Il est réveillé – comment pourrait-il en être autrement ? (– et semble nous observer avec amusement.
Je me tourne vers Édouard. Il est réveillé – comment  se  pouvait-il qu’il en soit autrement ?  – et semble nous observer avec amusement.
Je me tourne vers Édouard. Il est réveillé – comment se pourrait-il qu’il en soit autrement ?  – et semble nous observer avec amusement.

Tara Grand maître Répondu le 21 février 2021

Merci !

le 21 février 2021.

Pour ma part , soit : comment pourrait-il en être autrement ?
soit, si la récit utilise un présent de narration : comment pouvait-il en être autrement ?   Sinon : comment peut-il en être autrement ?
(Cher Grand Maître, il y a un en de trop dans votre première phrase) 🙂

jacour Érudit Répondu le 21 février 2021

Selon vous, quel temps, l’imparfait ou le conditionnel, est préférable dans mon contexte ?

Automne Grand maître Répondu le 21 février 2021

Pour vous répondre, il faudrait précisément que vous nous donniez du contexte… 😉

le 22 février 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.