« Combien en » + participe passé => participe passé à accorder ou pas ?

Répondu

Bonsoir,

Si je vous écris, c’est parce qu’il y a un point de grammaire que je ne maîtrise plus du tout.

C’est pourquoi je me permets de vous joindre ci-après un extrait de la dictée des Championnats du Monde de Scrabble à Aix-les-Bains de l’an dernier. On trouve l’intégralité du texte sur le site que voici :
http://www.aix2014.fisf.net/index.php/animations/dictee

Dans le 1er §, il y a deux fois le groupe de mots « combien en », une fois suivi de « en ai-je vu » et une fois « en ai-je cueillies ».

Pourquoi n’accorde-t-on pas le 1er COD et pourquoi bien le 2ème ?  C’est le flou total pour moi.

Voici ledit extrait : « J’ai toujours eu plaisir à flâner dans les sous-bois environnants, à parcourir à pied les étendues à demi sauvages de nos régions tempérées ou encore à traverser, au volant de ma deux(-)chevaux, les ruz et les cols des Alpes dans l’espoir de dénicher une fleur rare. Et combien en ai-je vu, de ces pervenches aux pétales bleus, de ces edelweiss (édelweiss) fraîchement sortis du sol, de ces perce-neige(s) annonciateurs de jours plus cléments ? De ces pâquerettes jaune et blanc cassé, de ces dents-de-lion comestibles et de ces roses orange ou pourpres, combien en ai-je cueillies ? Beaucoup sans doute, et pourtant mon engouement n’est pas près d’être épuisé ».

Tout comme, dernièrement dans le journal, j’ai lu « on s’en est aperçus ». Trouvez-vous cela exact qu’il y ait un « s » à aperçus ?

Un grand merci d’avance à l’équipe pour sa réponse.  Bien à vous, Anne

Anne Membre actif Demandé le 24 janvier 2015 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

8 réponse(s)
 
Meilleure réponse

La règle de base est la suivante : si « en » représente le COD, le participe passé reste invariable.
J’en ai apporté. (j’ai apporté « en » = des fleurs, des cadeaux…)

Toutefois, la finesse de cette dictée je l’ai trouvée dans Larousse : difficultés de la langue française, de mars 1956.
Il y a hésitation quand en est complément d’un adverbe de quantité : autant, beaucoup, combien, moins, plus. 
L’accord se fait si le COD précède le pronom « en » ; il ne se fait pas si le COD le suit.

1- combien en ai-je vu, de ces pervenches…
placé après.
2- De ces pâquerettes jaune et blanc cassé, de ces dents-de-lion comestibles et de ces roses orange ou pourpres, combien en ai-je cueillies ? 
Placé avant. 

Voici les exemples du Larousse :
Des livres de ce genre, combien en avez-vous lus ? 
Il en a tant écrit de ces vers.

Autre cas d’accord avec « en » : s’il représente le COI
Mes parents vont bien. Les nouvelles que j’en ai eues sont bonnes.
Dans cette phrase, « en » représente un COI (les nouvelles que j’ai eues « de mes parents » ou plutôt « à leur propos »)
et donc le COD est bien « nouvelles » : placé avant ==> accord « eues ».
ce qui est différent de :
« des nouvelles, j’en ai eu ». Dans cet exemple, « en » est bien mis pour le COD.

joelle Grand maître Répondu le 24 janvier 2015

Félicitations. La problématique était subtile.

le 26 janvier 2015.

Bonjour,

En réalité il s’agit de l’accord du participe passé avec le pronom adverbial « en ».

Le participe passé reste traditionnellement invariable après le pronom adverbial « en ».

Le participe passé reste encore invariable même si le pronom « en » est associé à un adverbe de quantité: combien ,tant, trop, beaucoup.

Ex:  De tous ces livres dont vous parlez, en avez-vous lu beaucoup ?

Cependant, le pronom « en » ne doit pas cacher le vrai COD du verbe.

Ex: Ce jeune peintre a vendu un de ses tableaux : la somme qu’il en a reçue est coquette.  ( Il a reçu quoi ? qu’  mis pour somme, donc accord avec le COD placé avant. )

Cette règle justifie les accords précédents.

Remarque:

Depuis 1976 , un arrêté ministériel a officiellement autorisé l’accord du participe passé avec le complément  qui précède « en ».

Ex: Des cerises,  j’en ai mangées .

Voici un moyen pratique  pour ne pas se tromper.

Dans la phrase proposée on supprime  le pronom « en ». Si cette phrase conserve son sens on  recherche le COD et on fait l’accord adéquat .

Ex: Elle a vu ma cousine à Paris; voici les nouvelles qu’elle m’en a données.( En supprimant « en » le sens de la phrase n’est pas altéré. Le COD est nouvelles, ce qui justifie l’accord).

Comparez avec cet exemple:

Voyez ces odorantes roses,  j’en ai cueilli pour ma sœur.  Ici on ne peut pas supprimer « en ». Donc le participe passé est invariable.

czardas Grand maître Répondu le 24 janvier 2015

Sujet tordu pour championnats d’orthographe, et il est difficile de trouver la martingale qui permette de gagner à tous les coups ! Encore des divisions dans le monde des grammairiens et des linguistes. Pour la vie courante est plus grande, la tolérance est grande…

Cela étant, voici une trame permettant de minimiser le risque d’erreur pour des puristes :

1. Si  « en » n’a pas fonction de COD, remplie par un autre mot, le participe s’accorde classiquement : Mes parents vont bien. Les nouvelles que j’en ai eues sont bonnes. Là, pas de vrai problème, mais il faut bien faire l’analyse grammaticale…

2. Si  « en » a fonction de COD : ça se corse. Considérons la phrase : Des fleurs, j’en ai cueilli(es)
À partir du principe selon lequel un verbe ne peut avoir plusieurs COD qu’en juxtaposition ou en coordination, « en » est bien le COD, ce dont on ne peut plus alors qualifier l’autre terme (fleurs). Quelle est donc la fonction de fleurs ? Il s’agit d’une fonction de terme emphatique, antécédent de en, pronom qui le représente et qui l’annonce. Dans cette tournure d’emphase, redondante, la virgule a son poids, comme l’aurait le point dans la forme : J’admirais ces fleurs. Que j’en aurais volontiers cueilli !  On a là  moins d’états d’âme à ne pas accorder, et l’on comprend aussi mieux la fonction d’antécédent, souvent de genre neutre,  dans différentes tournures de la langue française. Avec cela, on retombe sur ses pieds…

Reste juste à savoir pourquoi dans votre concours, l’expert a cru bon d’accorder « cueillir » dans la deuxième phrase, malgré la règle précédente. Je n’y souscris pas, mais je présume qu’il n’a pas attribué le neutre à « en », et a calculé le genre en fonction de la place occupée par le groupe nominal COD. Dans la première phrase, il se situe après le « en » : on n’en connaît pas encore le genre, donc neutre. Dans la deuxième, il se situe avant, et il est identifié comme féminin (marqué) : donc accord. Je ne vois aucune autre interprétation. Fantaisie de scrabbleurs ?

Mon avis final : ne pas accorder lorsque « en » est COD.

Chambaron Grand maître Répondu le 24 janvier 2015

Il serait intéressant d’avoir l’avis de l’auteur de la dictée, M. Delafontaine. Le choix d’accorder l’un des participes passés mais pas l’autre me semble également très arbitraire, et va probablement à l’encontre des recommandations de la plupart des livres de grammaire.

Par exemple, voici la remarque que formule Girodet (Pièges et difficultés de la langue française) :
Accord du participe passé employé avec combien et avec en. Sur ce point, les opinions des grammairiens sont divergentes et les règles fort incertaines. La meilleure solution sera de laisser le participe toujours invariable.

le 24 janvier 2015.

Bonjour,

Voici l’avis de l’expert Bruno Dewaele.

http://www.projet-voltaire.fr/blog/regle-orthographe/%C2%AB-des-erreurs-j%E2%80%99en-ai-fait-%C2%BB-%C2%AB-des-erreurs-j%E2%80%99en-ai-faites-%C2%BB

czardas Grand maître Répondu le 25 janvier 2015

Voici un exercice extrait du livre : « Exercices de grammaire française » Grevisse – Éditions  De Boeck

Accordez, s’il y a lieu, les participes passés entre crochets . (P.P. précédé de en.)

a) I. Des joies, qui n’en a pas [goûté]? Des souffrances, qui n’en a pas [enduré]? _ 2. Des efforts
persévérants, en avez-vous [fait] ? – 3. Des projets, nous en avons tant[formé]! mais combien en
avons-nous [exécuté]?- 4. Le vent est un être fantasque: il aime les aventures et il en a [eu] beaucoup;
il est de tous les pays: combien n’en a-t-il pas [visité]?- 5. La lecture est utile: songez aux
profits que vous en avez [retiré]- 6. Autant de batailles il a livrées, autant il en a [gagné]- 7. La
crainte qu’ils éprouvaient, un peu de réflexion les en a [libéré].

b) 1. C’est une auberge quelconque, teIle  que tout le monde en a [vu] dans les pays déshérités.
(P. Mille.) – 2. Que de pélicans! grands dieux! En ai-je [dessiné]! (E. Pérochon.) -3. J’ai peu
d’aventures à vous raconter, mais j’en ai [entendu] beaucoup. (Vigny.) _ 4. Et des mouches! des
mouches! jamai je n’en avais tant [vu]. (A. Dauder.) – 5. Des hommes admirables! II y en a.
J’en ai [connu]. (G. Duhamel.) – 6. Vous me parlez de vos peines; en avez-vous [connu] de bien
véritables? (H. Becque.) – 7. Des chardons bleus … j’en ai [vu] dans un vase de cuivre chez Mme
Dalleray. ( Colette.) – 8. D’économie, il n’en avait pas (fait] non plus. (P. Loti.)

Réponses:

a) 1-goûté;  -enduré ; 2-fait ; 3- formé; -exécuté ; 4 -eu ; -visité; 5-retirés ; 6-gagné ; 7-libérés.

b)1-vu; 2-dessiné ; 3- entendu ; 4-vu ; 5-connu ; 6- connu ; 7- vu ; 8- fait.

czardas Grand maître Répondu le 25 janvier 2015

L’emploi du pronom en est une réelle difficulté, reconnue par les grammairiens, alors nous, pauvres mortels…
Ne nous lançons donc pas dans une vaine querelle.
Ce que l’on peut dire :
Le pronom « en » associé au participe passé est en général considéré comme pronom neutre. Il équivaut à de lui, d’elle, d’eux, d’elles, de ceci, de cela. On l’appelle pour cela pronom partitif.
Le participe passé qui a pour COD le pronom en ne s’accorde pas (en effet, il est neutre). D’une manière générale, il s’accorde quand un adverbe de quantité (beaucoup, trop, combien, etc.) précède en : des cerises, combien j’en ai mangées.
Il en est ainsi dans la deuxième expression de votre exemple « De ces pâquerettes, […] combien en ai-je cueillies ».
On peut noter que « De ces pâquerettes… » est placé avant le verbe avoir.
En revanche, dans la première expression, combien est placé avant en, mais « de ces pervenches… » est situé après le verbe avoir, ce qui pourrait expliquer qu’on n’accorde pas.
Il en aurait été tout autrement si « De ces pervenches… » avait été situé avant, nous aurions eu, comme dans la deuxième expression : De ces pervenches aux pétales bleus […] combien j’en avais vues ».

jean bordes Grand maître Répondu le 25 janvier 2015

Bonsoir,
Apparemment, ma question ne vous a pas laissés indifférents.
Un immense merci donc pour toutes vos réponses.  Je les garde bien précieusement.
J’aurais bien voulu voter pour chacun d’entre vous, mais apparemment, cela ne fonctionne pas 😉
J’ai donc dû choisir, mais soyez tous remerciés individuellement.

Anne Membre actif Répondu le 25 janvier 2015

Vous pouvez toujours voter positivement pour vos réponses préférées en cliquant à gauche sur la flèche au-dessus du rectangle vert 😉

le 26 janvier 2015.

Bonjour,

Voici un exercice qui reprend celui que j’ai proposé.

http://platea.pntic.mec.es/cvera/hotpot/ppcasen.htm

czardas Grand maître Répondu le 25 janvier 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.