Combien d’existences as-tu vécues/vécu ?

Bonjour,

J’ai trouvé la phrase suivante dans un texte :
Combien d’existences as-tu vécu à travers ces films ?
J’ai un doute. Ne faudrait-il pas écrire « vécues » ici ?
Je vous remercie par avance

Karineavec1K Amateur éclairé Demandé le 17 septembre 2021 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

Bonjour,

Le nombre d’existences correspond ici à un complément circonstanciel indiquant une durée et non à un COD.

La phrase ne pose pas, ni ne répond à la question : Tu as vécu quoi ? , il n’y a pas de COD, donc pas d’accord. Elle interroge : Tu as vécu combien.., ?  Elle appelle un complément circonstanciel.

Idem avec les verbes « courir », « mesurer », « peser », « valoir » quand ils sont construits avec un complément circonstanciel indiquant une mesure, un poids, un prix, une durée.

A noter : le participe passé des verbes « durer », « marcher », « régner » est toujours invariable, ces verbes étant intransitifs (c’est-à-dire qu’ils n’admettent pas de COD).

Subtilité :
« Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Est-il langue plus subtile que celle qui vous oblige à écrire « les cent mètres qu’il a couru ont suffi à le mettre hors d’haleine », mais « les cent mètres qu’il a courus tout au long de l’été lui ont permis d’arriver en pleine forme aux Jeux olympiques » ? Dans la première phrase, en effet, il s’agit de la distance et « cent mètres » est un complément circonstanciel qui n’influe pas sur l’accord du participe. Dans la seconde, il est question de la course et il s’agit bien d’un COD : de ce fait, le participe passé s’accorde avec lui ! What else ? »

Merci pour la question !

Fanny

Fanny TIM-opTIMiz Grand maître Répondu le 17 septembre 2021

Réponse très complète.

le 17 septembre 2021.

Attention, il faut vraiment se méfier de cette question avec combien, elle est très très piégeuse ; elle n’a pas le pouvoir de transformer un COD en CC :

dans Combien de décisions as-tu pris(es) ? , décisions est COD.

Ce qui fait qu’un complément est COD ou CC, c’est la transitivité du verbe, pas la présence de combien dans la question (ça peut aider à déterminer la fonction du complément, ça marche souvent, mais pas à tous les coups).

Dans prendre des décisions, prendre est transitif, donc décisions est COD.

Dans vivre plusieurs  existences/ des existences diverses / palpitantes / etc., vivre est transitif, donc existence est COD (ou interne).
(Tous les dictionnaires indiquent ce cas où vivre est transitif.)

 

le 17 septembre 2021.

1. « Le double usage pour le PP vécu 

« Le verbe vivre est parfois considéré comme un verbe transitif signifiant « passer », « mener » lorsqu’on considère la nature, la qualité de ce qui a été  rencontré pendant une certaine période er non la durée de celle-ci.
Les six heures qu’il avait vécues loin de Dieu (A. France, A. Goosse).

Certains écrivains se refusent à accepter qu’il soit un COD.  Ils laissent donc le PP invariable.

Quelles heures, il  avait vécu ! (F. Mauriac, A. Goosse). »

M. Grevisse, H.  Briet,  L’accord du participe passé, De Boeck Duculot, p. 105

Plusieurs ouvrages vont  dans le même sens (double usage de vécu) : Jean-Paul Colin (agrégé de l’Université, docteur ès lettres ; prix Vaugelas), Dictionnaire des difficultés du français, les usuels du Robert ; Péchoin, Dauphin, Dictionnaire des difficultés du français d’aujourjourd’hui, Larousse ; etc.

2. N’oublions pas quand ême qu’un arrêté de décembre 1976 – dont j’ai déjà parlé plusieurs fois et toujours en vigueur – a été « généralisé » par les trois grammairiens Riegel, Pellat et Rioul dans la Grammaire méthodique du français (PUF).
Cette grammaire dit :

« Les deux types d’emploi [de vécu] étant difficiles à distinguer, [cet] arrêté  autorise  l’accord dans les deux cas. »

Et l’arrêté indique :

« 12. Participe passé des verbes tels que : coûter, valoir, courir, vivre, etc.,  lorsque ce participe passé est placé après un complément :
Je  ne parle pas des sommes que ces travaux m’ont coûté (coutées).
J’oublierai vite les peines que ce travail m’a coûtées (coûté).
___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
L’usage admet que ces verbes normalement intransitifs (sans accord du participe passé) puissent s’employer transitivement (avec accord)     dans certains cas.
On admettra l’un et l’autre emploi dans tous les cas. »

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Tiens ! Je vous laisse choisir ! Il y en a un des deux (1 ou 2) qu’on ne peut acepter.
Prince Grand maître Répondu le 18 septembre 2021

Bonjour,

Je vois plus ici un complément d’objet (interne ?) qu’un complément circonstanciel, de ce fait j’accorderais ; mais du fait de la présence de combien de, le non accord est également possible.

(Voir par exemple sur ce site, où un intervenant a présenté les points de vue de différents grammairiens.)

phil-en-trope Grand maître Répondu le 17 septembre 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.