« c’est de » avec vouloir, faire, désirer…

Bonjour,

Je rencontre souvent la formulation « c’est de » quand une phrase est formée en juxtaposition avec les verbes vouloir, désirer, faire.

Exemples : « tout ce qu’elle faisait, c’était de bouder du matin au soir », « tout ce qu’elle désirait, c’était de se marier », « tout ce qu’elle voulait, c’était de réaliser ses rêves ».

Ces verbes ne se forment pas avec la préposition « de », dans une syntaxe plus simple. Est-ce un usage accepté ou bien est-ce une faute à chaque fois ? Doit-on proscrire cette utilisation de la préposition dans cette syntaxe ?

Totoro Débutant Demandé le 12 septembre 2021 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

Personnellement, je n’utiliserais pas cette formulation.
tout ce qu’elle faisait, c’était bouder du matin au soir »,
Supprimer le « de ».

joelle Grand maître Répondu le 12 septembre 2021

Il faut bien distinguer les constructions différentes.

« De » est obligatoire dans le cas de l’ inversion du sujet réel

Une proposition infinitive est sujet réel
En français, quand le sujet d’une phrase est une proposition avec un verbe à l’infinitif, on aime bien la mettre à la fin de la phrase, comme dans « c’est important de faire du sport », et répéter un faux sujet au début.
Le faux sujet est toujours « ce » ou « il ».(On peut aussi dire « il est important de faire du sport ».)

C’est important de faire du sport = faire du sport est important —> il est important de faire du sport

L’essentiel c’est de comprendre le sens = comprendre le sens est l’essentiel. —> il/c’ est essentiel de comprendre le sens.
C’est normal de s’énerver dans une telle situation = s’énerver dans une telle situation est normal  —> il/c’ est normal de s’énerver dans une telle situation.

Un nom est sujet réel :
L’idée c’est de venir à deux = venir à deux est l’idée —> c’est l’idée de venir à deux

Le vrai sujet doit TOUJOURS être introduit par la préposition « de », si on choisit de construire la phrase de cette manière

—–

Mais, et c’est le cas de votre phrase  :
On n’emploie pas « de » quand « c’est » introduit un attribut :

Lire c’est comprendre le sens
Vouloir c’est pouvoir
Dans ces deux cas ce qui est à droite de « c’est » est attribut de ce qui est à gauche.

(Pour vérification :
Vouloir c’est pouvoir n’est pas transformable sauf à changer le sens :
Comprendre le sens est lire – pouvoir est vouloir )

Votre phrase est de construction encore différente :

Tout ce qu’elle fait c’est bouder du matin au soir = bouder du matin au soir c’est tout ce qu’elle fait
Il s’agit d’une simple inversion des deux propositions. Aucune raison d’ajouter « de »
Tara Grand maître Répondu le 12 septembre 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.