Ce sont ou se sont

Bonjour à tous,
A chaque fois que j’utilise cette expression, j’hésite entre SE ou CE
Comment ne plus hésiter ?
Merci de vos éclairages

Capucine21 Débutant Demandé le 8 février 2015 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 

Petit truc : si vous pouvez le remplacer par « Ceux-là », il s’agit du pronom démonstratif « Ce« . Dans le cas contraire, il s’agit de la forme pronominale du verbe.
Dans la phrase « Ils se sont ennuyés« , vous ne  pouvez pas dire « Ils ceux-là sont ennuyés ».
Dans la phrase « Ce sont de grands écrivains« , vous pouvez dire « Ceux-là sont de grands écrivains ».

Cathy Lévy Grand maître Répondu le 8 février 2015

Bonjour,

Voici une règle qui ne vous fera plus hésiter.

Se ou s’ fait partie du verbe pronominal. Se peut alors être remplacé par d’autres pronoms quand on conjugue le verbe pronominal.

Par exemple:
Ils se sont lavé les mains. En conjuguant on obtient:
Je me suis lavé les mains, tu t’es lavé les mains, il s‘est lavé les mains…

Dans tous les autres cas il faut écrire ce.

Remarque importante:

Se sont est suivi du participe passé du verbe pronominal
Ce sont est suivi d’un nom au pluriel, d’une énumération, ou d’un pronom de la 3ème personne du pluriel.

Voici quelques exemples pour fixer les idées:

Les enfants se sont réfugiés sous le préau parce qu’il pleuvait.
L’hiver est arrivé, les collines avoisinantes se sont couvertes de neige.

Ces oiseaux chantent divinement. Effectivement ce sont des canaris
Ce sont des voix d’enfants que l’on entend dans la cour.
J’ai une passion pour les fleurs, j’en aime particulièrement trois: ce sont le jasmin , la jonquille, le zinnia.
Ce sont eux qui ont cassé la vitre de la remise.

czardas Grand maître Répondu le 9 février 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.