Brassens…

Bonjour,
Je me suis posé la question en écoutant la chanson de Brassens « La première fille qu’on a pris dans ses bras ». Ne devrait-on pas dire plutôt « prise » puisque le cod est placé avant ou est-ce que le complément « dans ses bras » change la donne ?

Merci pour vos réponses !

Uiui69 Débutant Demandé le 9 décembre 2014 dans Accords
Ajouter un commentaire
4 réponse(s)
 

La première fille est en effet le COD placé avant et l’on devrait accorder, mais il s’agit d’une licence poétique peut-être, car la phrase – ou le vers- aurait eu
un pied de trop et il n’aurait pas pu chanter sur la musique. Brassens est reconnu comme un poète !

joelle Grand maître Répondu le 9 décembre 2014

Vous avez mis le bon pied dessus ! Bravo !
Et Brassens « peut-être » reconnu comme poète, cela me tire une larmette…
Krawit7 n’aurait pas fait mieux. Vent en poupe, toute !

le 10 décembre 2014.

C’est l’un des charmes de la poésie, elle peut tout se permettre, malgré certaines règles qui lui sont propres et dont les poètes d’aujourd’hui s’affranchissent la plupart de temps.

le 10 décembre 2014.
Ajouter un commentaire

Le bon père Georges usait volontiers de travers de langage qui le différenciaient volontairement  du très bon père Paul Valéry qui aurait rejeté de tels écarts, mais accepte volontiers de dormir à jamais à une encablure de lui.
Ce n’est pas au cap Cod, mais à Sète (anciennement Cette), cette jetée tendre et paradoxale dans la Méditerranée…

Chambaron Grand maître Répondu le 10 décembre 2014
Ajouter un commentaire

Il existe plusieurs versions de cette chanson, et dans la plupart, Brassens chante distinctement « PRISE », dans d’autres, le S est à peine audible, mais existe bien !
Reste à expliquer les raisons pour lesquelles le titre est généralement orthographié avec la faute…

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 15 décembre 2014
Ajouter un commentaire

Il n’y a pas de faute, de la part de Brassens.
Son texte est « La première fill’ qu’on a pris’ dans ses bras » : l’accord est bel et bien présent, spécifié, par l’apostrophe ; fantaisie habituelle chez le chanteur sétois.

En outre — pour répondre à Cathy Lévy —, si le titre est mentionné avec une faute, c’est une erreur, non pas d’orthographe, mais de connaissance : le titre véritable, déposé par son auteur (ledit Georges Brassens) et son arrangeur (Joël Favreau), est « La première fille ».

Elzias Débutant Répondu le 8 mars 2018

Merci Elzias de votre éclairage, qui me confirme bien que Brassens, bien que poète, ne se serait jamais permis d’écorcher la langue française, tant il la respectait !

le 8 mars 2018.
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.