Bonne orthographe des expressions

Répondu

Bonjour,

Je m’interroge souvent sur la bonne orthographe des expressions telles que :

C’est la Bérézina/Berezina/bérézina/berezina

Jouer les arlésiennes/Arlésiennes

Vieux comme Mathusalem/mathusalem

Nettoyer les écuries d’Augias/augias

Jouer les Cassandre/cassandre

Aller au diable Vauvert/vauvert

Le Larousse est parfois contradictoire avec le Robert, et je ne sais plus quels sont les noms propres devenus noms communs.

Merci

PS Membre actif Demandé le 24 septembre 2015 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

2 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Les mécanismes d’antonomase et d‘éponymie par lesquels un nom propre devient un nom commun sont source de nombreuses divergences. Au fil du temps, ces mots perdent leur sens d’origine et, après un certain purgatoire (c’est là que se logent les divergences), ils se voient totalement lexicalisé.

Il est rarement fautif d’interchanger majuscule et minuscule, mais le mieux reste de rechercher l’origine de l’expression et de faire un choix personnellement assumé.
Cela étant, le choix fait, on doit rester cohérent avec les règles générales si l’on décide d’adopter le nom commun :
– suppression de la majuscule ;
– utilisation du mot francisé si variante avec un mot d’origine étrangère (exemple : certaines graphies du mot russe Berezina sont sans accent) ;
– marque du pluriel ;
– respect de règles diverses : cf. le gentilé d’Arlésienne.

À cette aune, voici comment j’écrirais, pour ma part, les différentes expressions soumises :

  • C’est une/la bérézina : minuscule, car la référence à la bataille de la Bérézina  s’est bien perdue. Mot totalement lexicalisé.
  • Jouer l’Arlésienne : Là, on conserve la majuscule car le mot reste un gentilé qui prend toujours la majuscule.
  • Vieux comme Mathusalem : on compare à Mathusalem, qui reste un nom propre, donc majuscule. En revanche, un mathusalem est une bouteille de 6 Litres de capacité.
  • Nettoyer les écuries d’Augias : expression composée dans laquelle Augias reste nom propre.
  • Jouer les cassandres : mot totalement lexicalisé.
  • Aller au diable Vauvert : plutôt avec majuscule car il s’agit d’une expression à deux mots. Mais la minuscule est courante aussi.

N.B. : J’anime sur Twitter une rubrique #éponyme qui illustre des origines amusantes de ce type. Bienvenue sur le compte @Chambaron13 !

Chambaron Grand maître Répondu le 24 septembre 2015

Bonjour,

1- C’est la Berezina

La Berezina est une rivière de Biélorussie, affluent du Dniepr. Large d’une centaine de mètres et profonde de 2 à 3 mètres.Le 25 novembre 1812, lors de la retraite de Russie, Napoléon 1er  et sa Grande Armée arrivent face à la Berezina qu’il faut traverser. Poursuivis et assaillis par les troupes russes, ils subissent de très lourdes pertes.C’est de cette déroute historique que vient l’expression : « C’est la Berezina » qui symbolise un échec complet ou une situation tragique insurmontable.

2- Jouer l’arlésienne

C’est d’une nouvelle « l’Arlésienne» extraite de l’ouvrage d’Alphonse Daudet « Lettres de mon moulin » que vient cette expression.Un jeune paysan, qui malgré la désapprobation de ses parents, veut épouser une jeune fille volage, qu’il a rencontrée à Arles aux arènes, apprend qu’elle est l’amante d’un autre homme. Fou d’amour, et ne pouvant surmonter cette désillusion il finit par se suicider.

L’expression « Jouer l’arlésienne » peut signifier :
– Mobiliser les esprits
– Être au centre de conversations sans y participer
– Être une personne qui n’arrive jamais ou une chose que l’on attend indéfiniment.

3-Vieux comme Mathusalem.

Mathusalem est un personnage de la Bible. En hébreu son nom signifie : « celui qui a congédié la mort ». En effet dans la Genèse, on peut lire qu’il aurait vécu 969 ans. Il était le grand-père de Noé* qui fut le dernier des patriarches d’avant le déluge,  à vivre aussi longtemps, car Dieu décida alors que la durée de vie moyenne de l’homme ne serait plus que de 120 ans.

* Noé vécut 950 ans vingt années de plus qu’Adam.

Sans commentaires.
4- Nettoyer les écuries d’Augias.

Pour expier ses crimes Hercule (Héraclès) est condamné… à douze travaux forcés par son cousin Eurysthée, le roi de Mycènes.
Augias, le roi d’Élide possédait un troupeau de trois mille bœufs qui logeaient dans d’immenses étables qui n’avaient pas été nettoyées depuis plus de trente ans.
Eurysthée convoqua Hercule et lui ordonna d’aller nettoyer les écuries d’Augias.
Bien qu’il se sentît humilié par cette tâche déshonorante, il se résigna, et gagna le royaume d’Augias.
Arrivé au sommet d’une colline, il aperçut, au loin,  dans la vallée enveloppée de brume les  énormes bâtiments qui abritaient les bœufs.
Et, par miracle, un fleuve l’Alphée et une rivière le Pénée coulaient à proximité des lieux.
Il demanda aux bouviers d’aller faire paître les bœufs dans les collines avoisinantes. Il détourna les deux cours d’eau, dont les flots impétueux s’engouffrèrent dans tous les bâtiments, et entraînèrent avec eux, jusqu’à la mer proche, fumier, paille et immondices.

Nettoyer les écuries d’Augias, c’est faire un sale boulot.

5- Jouer les Cassandre

Priam, roi de Troie avait une fille Cassandre. Apollon, qui en était amoureux, lui offrit le don de prédire l’avenir, mais elle  se refusa à lui. Courroucé d’être éconduit, il lui jeta un sort : « Quoi que tu dises, tu ne seras jamais crue, même par ta propre famille »
Elle ne parvint pas à dissuader son frère Paris d’enlever Hélène l’épouse de Ménélas roi de Sparte et prophétisa la guerre de Troie.
Enfin personne ne voulut entendre ses prédictions lorsque les Grecs offrirent aux Troyens un « cheval de bois. » On sait ce qu’il advint…
«Jouer les Cassandre» c’est faire des prédictions alarmistes ou dramatiques sans  jamais être écouté.

Dans cette expression Cassandre est du féminin.
Mais 
cassandre est aussi masculin:
Vieillard sot et ridicule, toujours bafoué.
Un vieux sénateur plus ou moins Cassandre (STENDHAL, Vie de Rossini, 1823, p. 296).

6- Aller au diable Vauvert

http://www.projet-voltaire.fr/blog/actualite/lorigine-de-ces-fameuses-expressions-au-diable-vauvert

czardas Grand maître Répondu le 24 septembre 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.