bien plus qu’il en faudrait ou bien plus qu’il n’en faudrait

Dans la phrase suivante, ne vaut-il pas mieux mettre un « ne » explétif  et écrire alors : « bien plus qu’il n’en faudrait » ?

Toi aussi, tu es venu prendre, mais sans aucune humilité, bien plus qu’il en faudrait pour de multiples générations.

Karineavec1K Érudit Demandé le 27 octobre 2021 dans Général

Pour vous améliorer en orthographe, testez le Projet Voltaire avec Défi 30 :

1 réponse(s)
 

C’est le « ne » dit explétif : cela signifie que son emploi ne modifie pas la phrase positive en une phrase négative. Il s’utilise pour l’élégance de la proposition, n’altère pas le sens de l’énoncé et se rencontre quasiment exclusivement dans la langue écrite, ayant pratiquement disparu de la langue parlée.  Pour résumer, on peut le mettre  dans votre phrase mais sans obligation :

  • La phrase principale est une comparaison d’inégalité (construite avec : plus que, davantage que, moins que, mieux que, autre que, autrement que, meilleur que, moindre que, pire que, plutôt que, etc.). Ainsi l’écrit Jean-Paul Sartre, dans Les mots, le récit ironique qu’il livre de son enfance : « Leurs cas de conscience, complaisamment exposés, me troublaient moins qu‘ils ne m’édifiaient… »
joelle Grand maître Répondu le 27 octobre 2021

Pour ne plus vous poser cette question ni tant d'autres,
découvrez les formations en orthographe et en expression du Projet Voltaire :

Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.