Avoir convenu / être convenus (Le Grand Livre de l’orthographe, 3ème édition)

Bonjour,

Dans le Grand Livre de l’orthographe – Certificat Voltaire de Dominique Dumas (3ème édition), il est écrit, dans un corrigé d’exercices, que la phrase suivante est juste :

« Nous avons convenu que ce rassemblement se tiendrait à Paris. »

Pourquoi le verbe avoir et non le verbe être.

Merci.

cary Membre actif Demandé le 15 novembre 2018 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Bonjour,

Relisez attentivement ce qui figure dans le paragraphe de présentation du verbe convenir.

On utilise l’auxiliaire avoir lorsque convenir signifie : « s’accorder à une situation, être approprié à »

La phrase que vous citez est incorrecte

« Nous avons convenu que ce rassemblement se tiendrait à Paris. » ─ réponse B

La correction qui figure à la page 186 est : sommes convenus / sommes convenues

La phrase corrigée est :

« Nous sommes convenus / convenues que ce rassemblement se tiendrait à Paris. »

Votre question est donc sans objet.

https://www.google.fr/search?q=ont+convenu+sont+convenus+projet+voltaire&sa=N&biw=1536&bih=755&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=mNOl51ahPmBU9M%253A%252Cn7ZtxIq1T

czardas Grand maître Répondu le 15 novembre 2018

Visiblement, il s’agit d’une erreur.
Voici l’avis de l’Académie :
http://www.academie-francaise.fr/nous-avons-convenu-que
Mes suggestions :
Cette prestation vous convient/ vous a convenu.
Nous sommes convenus / nous étions convenus.

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 15 novembre 2018

Votre remarque est fondée, mais la réponse n’est pas simple.
L’Académie semble en effet bien rester la seule à vouloir imposer être comme auxiliaire unique alors que dans le même temps elle prétend refléter l’usage (celui des praticiens éclairés de la langue s’entend). Or, des grammairiens majeurs comme Hanse  ou Grevisse et la plupart des auteurs ne soutiennent plus cela. Vous trouverez ICI un comparatif éclairé.
Je ne connais plus la position adoptée par le Projet Voltaire, mais le moins qu’on puisse en dire est que l’emploi d’avoir comme auxiliaire n’est plus considéré comme fautif.
À vous de choisir.

Chambaron Grand maître Répondu le 15 novembre 2018

Bonsoir,
Le Larousse sur internet admet les deux :
(auxiliaire avoir ou être) En parlant de plusieurs personnes, tomber d’accord sur quelque chose (opinion, décision, etc.) : Nous avions convenu (nous étions convenus) de nous revoir sous peu.
Orthonet, site de référence québécois, admet les deux également.
Comme le signale Chambaron, Hanse et Grevisse admettent les deux.
Cependant, mon dictionnaire des difficultés de la langue française de Thomas se range de l’avis de l’Académie. Je le cite :
« convenir » s’emploie avec l’aux être et la préposition de pour tomber d’accord, avouer :
– Ils sont convenus d’un restaurant pour dîner ensemble (Académie)
– Il est convenu lui-même de sa méprise (Académie)
– On n’était pas convenu de cela (G. Roupnel)
On utilise l’auxiliaire avoir dans le sens d’être approprié, agréer :
– Cette robe m’a convenu, je l’ai achetée
-Cette appartement aurait convenu à mon père
Il mentionne néanmoins que cette règle traditionnelle n’est pas toujours suivie et que l’usage actuel tend à employer l’auxiliaire avoir comme seul auxiliaire.
In fine, bien que l’usage soit partagé, je pense qu’il est plus sage de se ranger de l’avis de l’Académie si on ne veut pas être en désaccord avec elle. Après tout, c’est tout de même elle qui fixe les règles. Si demain tout le monde accordent (accord sylleptique 🙂) tous les verbes pronominaux avec le sujet et que certains grammairiens l’acceptent, ce n’est pas pour autant que ce ne sera pas une faute ! Laissons le privilège à ces grands auteurs de s’affranchir des règles grammaticales ..

Tony Grand maître Répondu le 15 novembre 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.