Avec ou sans trait d’union

Le Larousse et le Robert ne sont pas d’accord avec le mot petit déjeuner. Larousse affirme que ce mot est toujours sans trait d’union, le Robert en met un. Pouvez-vous m’éclairer ? Quel son pluriel ?
Merci

PS Membre actif Demandé le 13 septembre 2015 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

7 réponse(s)
 

Bonjour,

Si deux dictionnaires de référence vous proposent deux graphies différentes, alors personne ne pourra vous reprocher d’utiliser l’une ou l’autre. Le choix est vôtre. Dans tous les cas, les deux termes prennent la marque du pluriel : petits déjeuners, petits-déjeuners. On peut noter que la variante sans trait d’union est plus courante (73 % contre 27 % dans le corpus d’Antidote) et que les correcteurs professionnels semblent souvent avoir pour règle tacite d’employer la première graphie donnée par le Petit Larousse (ici petit déjeuner).

Vlavv Maître Répondu le 13 septembre 2015

A mon avis et selon le CNTRL, c’est sans trait d’union :
je cite ma référence  pour le nom commun au singulier et au pluriel :

En partic., usuel. Petit déjeuner. Sur le devant de son vêtement de nuit s’étalaient avec gloire les taches de chocolat des petits déjeuners (Montherl., Filles,1936, p. 989):

2. Fort malheureusement, il se trouva que la cuisinière jugea son cadeau inférieur aux autres et, le lendemain matin, mon arrière-grand’mère avala plusieurs bouchées d’arsenic avec son petit déjeuner. Green, Journal,1935-39, p. 228.
joelle Grand maître Répondu le 13 septembre 2015

Bonjour,

Les Anglais ont un terme spécifique pour désigner ce premier repas de la journée: breakfast( break signifie casser , rompre ,  fast signifie jeûne ; en quelque  sorte c’est rompre le jeûne de la nuit).
Il apparaît donc normal qu’après une nuit de sommeil  on a besoin de prendre une collation substantielle pour ne pas se trouver en état d’hypoglycémie entre onze heures et midi.

Petit déjeuner n’est donc pas un nom composé comme petit-fils, petit-beurre, petit-maître* ou petit-suisse.

Ici petit s’oppose à grand , important, copieux.

J’écrirai donc un petit déjeuner.

 

* Petit-maître avec un trait d’union se dit d’un jeune élégant aux manières ridiculement prétentieuses.

En revanche, les petits maîtres de la peinture s’écrivent  sans trait d’union. ( par opposition aux grands maîtres)

À lire avec le sourire

http://www.cyjung.com/spip.php?article216

Combien y a-t-il de fautes dans le texte suivant ?

Au petit déjeuner, j’aime mordre  dans une gauffre soupoudrée de sucre à la canelle.  Avec mon café je croque toujours un spéculoos.  Côté salé , je fonds pour une tranche de roblochon de Savoie ou  une tartine de St Morêt à l’échalotte.

czardas Grand maître Répondu le 13 septembre 2015

On peut à cette occasion rappeler la hiérarchie de l’intégration des associations de mots au lexique français:
– mots en simple apposition : un petit déjeuner : perspective historique de casser le jeûne nocturne avant le repas principal ;
– usage du trait-d’union : un petit-déjeuner. La répétition et l’habitude engendrent un concept autonome, encore rattaché  à l’expression d’origine ;
– soudure :  pas de forme dans ce cas. Le nouveau mot intégré perd ses références au sens d’origine ;
– forme totalement nouvelle : ici ti-dej’ par exemple. Le nouveau vocable prend une signification autonome, parfois éloignée de ses origines.

Des centaines de mots pourraient être passés au crible amusant de ce tamis immuable (voir les dernières soudures intégrées dans les modifications de 1990). Le portefeuille contemporain s’est écrit porte feuille (œuvres d’un artiste non achevées), porte-feuille et argotiquement larfeuille. Le monde financier utilise couramment le terme latino-angliciste portfolio  pour  un ensemble de valeurs gérées globalement. En revanche, porte-monnaie reste étonnamment stable.

Une occasion de plus pour moi de fustiger la prétendue « correction » des correcteurs du dimanche : en tant que correcteur professionnel, je ramène toujours un écrit à son contexte. Dans le cas d’espèce, je laisserais les nantis prendre un petit déjeuner avant de déjeuner au resto du coin, alors que je favoriserais le ti-dej ‘ du banlieusard, composé d’un café et d’un second café, sans pause déjeuner à midi. Mais c’est un choix personnel…

Chambaron Grand maître Répondu le 14 septembre 2015

Bonjour,

J’ai  constaté comme vous que dans le dictionnaire Robert « petit-déjeuner» s’écrit avec un trait d’union.
Un tel ouvrage de référence se doit d’être conséquent*.
Si vous cherchez les définitions de brunch  et de breakfast dans ce même ouvrage vous serez surpris de voir « petit déjeuner» écrit sans trait d’union.

Qui se suit de manière logique, qui reste logique avec soi-même. Synon. cohérent.

czardas Grand maître Répondu le 14 septembre 2015

Bonjour,

J’ai également remarqué que les dictionnaires de référence tels que le Larousse et le Robert se contredisent selon les définitions.

Existe-il des adresses de réclamations ? Je suis preneur le cas échéant.

PS Membre actif Répondu le 14 septembre 2015

À ma connaissance, les différents dictionnaires peuvent être contactés par la rubrique « contact » de leur site Internet. Ils sont preneurs : vous faites leur travail…

le 14 septembre 2015.

Le nouveau petit Littré donne les deux orthographes.

jean bordes Grand maître Répondu le 14 septembre 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.