Au jour d’aujourd’hui

Bonjour
L’expression  » Au jour d’aujourd’hui  » appartient-elle  au langage familier ?

Brad Grand maître Demandé le 21 août 2018 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

8 réponse(s)
 

Bonjour Brad.

En ancien français, hui signifiait « le jour où on est ».

Aussi aujourd’hui correspond à « au jour de ce jour ».

Vous comprendrez que « au jour d’aujourd’hui » est un peu plus encore pléonastique.

Mais vous trouverez ici la discussion très intéressante à ce sujet par Sandrine Campese sur le site du Projet Voltaire.

PhL Grand maître Répondu le 21 août 2018

Merci PhL
Tiens, ça m’a échappé que aujourd’hui signifie  » au jour de ce jour », c’est pourtant flagrant  -:)
Merci pour le lien

Brad Grand maître Répondu le 21 août 2018

Bonjour Brad,

1.  Au jour d’aujourd’hui est doublement pléonastique, puisqu’il exprime trois fois l’idée de jour.  Voir aussi le message de PhL.

On le trouve parfois dans la la littérature.  Un ex. parmi quelques autres :
« Une riche plaine bien de chez nous, aussi belle qu’ au  jour d’aujourd’hui » (Maurice Genevoix.) »

Cet ex. n’est pas à imiter.

2.  Pour répondre précisément à votre question, je vous précise que  « au jour d’aujourd’hui » est considéré comme familier par le Grand Robert et comme un pléonasme populaire par Littré.

Le grand Robert de la langue française, 2017, article aujourd’hui  : 

« ◆  Fam. Le jour d’aujourd’hui.Au jour d’aujourd’hui. »    (C’est moi qui ai graissé.)

 2 (suite) et 3. Tout en constatant que Le jour d’aujourd’hui est un «  pléonasme populaire et fort peu recommandable  »,  Emile Littré estime qu’il npas été mal employé dans ce vers de Lamartine  :

« L’univers est à lui (Dieu),
Et nous n‘avons à nous que le jour d’aujourd’hui ! »

Cela se défend très bien.

 

 

 

 

 

Prince Grand maître Répondu le 21 août 2018

Oui, Prince, c’est un triple pléonasme et ça appartient au langage familier, ceux  qui  exercent certaines fonctions doivent se garder de l’utiliser , mais cette expression n’est pas à bannir et, pour tout te dire,  tous ces dictionnaires m’énervent avec leurs histoires de pléonasmes  -:) .  Cette expression a bien un sens qui lui est propre, que nous saisissons très bien et elle est irremplaçable. Elle signifie  » à notre époque », mais elle est plus imagée, recèle plus de force…

le 21 août 2018.

L’expression « au jour d’aujourd’hui » n’existe peut-être pas, ou peut-être est-elle abusive, mais l’utilisation de l’expression « au jour de » suivie d’un adverbe de temps est toujours possible.
« Aujourd’hui » s’étant affranchi de son étymologie, il est possible d’utiliser le mot comme on utilise « hier » (et c’est ce que nous faisons tous les jours). Quand un mot formé par concaténation est lexicalisé, on peut le traiter comme un mot simple, avec sa signification en usage.
On peut considérer « au jour d’aujourd’hui » comme familier quand utilisé sans nécessité, mais je l’entends le plus souvent dans un sens précis et rigoureux, très peu familier.
« Au jour de » permet de se placer dans le temps pour faire un point d’étape.
Dimanche, 50 cas en tout étaient dénombrés en France.
Hier lundi, nous avons dénombré 10 nouveaux cas.
Au jour d’hier, nous dénombrions donc 60 cas en tout.
Aujourd’hui mardi, nous avons dénombré 20 nouveaux cas.
Au jour d’aujourd’hui, nous dénombrons donc 80 cas en tout.
L’équivalent précis est « à ce jour » (« à l’heure actuelle », « au moment où je vous parle »).
Mais votre question portait peut-être sur le sens « de nos jours », et là je ne sais pas.

David91 Érudit Répondu le 21 août 2018

Bonjour, David.
Sauf erreur de ma part, je crois  que nous ne donnons pas le même sens à l’expression  » Au jour d’aujourd’hui »
Pour moi, elle est utilisée pour regretter un temps révolu.
Au jour d’aujourd’hui, tout va de travers.
Au jour d’aujourd’hui, les jeunes gens n’ont plus  aucun égard pour les personnes âgées.

Brad Grand maître Répondu le 21 août 2018

Réponse au message 3 de Brad.

J’ai évoqué ce sens « de nos jours » à la dernière ligne de mon premier message. C’est donc apparemment la seule ligne qui vous intéresse. Les autres lignes disent pourtant qu’on n’est pas obligé de retenir l’étymologie d’un mot pour l’utiliser, et qu’alors le pléonasme disparaît. J’ai tenté de montrer qu’on ne peut pas invoquer le pléonasme à la seule vue d’une juxtaposition de mots réputée incorrecte. L’argument du pléonasme n’est pas recevable : il y a eu d’abord une concaténation emportant un nouveau sens, puis une utilisation du ‘nouveau’ mot avec l’expression courante « au jour de ».
Le sens que j’ai développé ci-dessus de « au jour d’aujourd’hui » est « à ce jour », « à l’heure actuelle », « au moment où je vous parle », et ce sens me semble rigoureux.
Pour traiter votre question de l’extension de sens, l’argumentation doit donc porter sur le sens et l’utilisation de ce groupe de mots et non sur son origine : peut-on élargir le sens strict du syntagme pour en faire une expression signifiant « de nos jours » ?
Si « au jour d’aujourd’hui » signifie initialement comme je le suggère « à l’heure actuelle », alors pour en proscrire l’usage dans le sens élargi de « de nos jours », il faudrait le faire identiquement pour les deux formes.
Or dans cette interview, le futur académicien Valéry Giscard d’Estaing utilise 11 fois « à l’heure actuelle » dans le sens de « de nos jours » : http://discours.vie-publique.fr/notices/807010000.html.
Le problème est en fait sociologique. L’aristo s’empare d’expressions, puis quand le popu singe l’aristo, l’aristo se dessaisit de ses habitudes pour en prendre d’autres et quelques années plus tard raille leur usage par le popu, si possible en trouvant des justifications grammaticales qu’il n’avait pas vues quand elles étaient pourtant encore perceptibles. Quand l’ouvrier commencera à dire « à l’heure actuelle », le président utilisera une autre expression et raillera la première. La question du registre de langage est aussi une question de clivage. Ainsi, quand pour l’utilisation d’un mot, on hésite à la qualifier de pédante, ou au contraire à une autre époque de populaire, c’est probablement qu’on n’a pas cerné un problème grammatical. Dans les livres de référence, il y a un jugement de valeur de portée sociologique (familier, populaire…). En tenir compte ne consiste pas à estimer qu’on doit de préférence utiliser le langage châtié en cours, mais nous renseigne sur la façon dont notre tour sera entendu.

Pour résumer. Formellement, l’expression que vous nous présentez est valide. Son extension de sens est parallèle et donc tout aussi valide que celle de « à l’heure actuelle ». Et on doit se poser des questions sociologiques sur l’émetteur et le récepteur si on souhaite que le discours soit perçu conformément à son intention.

David91 Érudit Répondu le 21 août 2018

Je vous ai bien compris David, mais je ne pouvais pas vous répondre point par point. Ce que vous dites des pléonasmes ne m’a pas échappé, mais le fait que ce soit un pléonasme ne me pose pas problème, lisez ce que j’ai écrit en commentaire à Prince dans ce sujet et vous verrez que nous sommes bien d’accord.

Brad Grand maître Répondu le 21 août 2018

Réponse au message 4 de Brad.
OK, je viens de lire votre commentaire, et dans l’esprit, on se rejoint.
Sauf que ce n’est pas un pléonasme. Cette justification étymologique de la proscription d’une expression a été créée a posteriori par une certaine classe sociale.
Et bien sûr que si, vous pouvez répondre point par point, c’est même là la base de l’argumentation.

David91 Érudit Répondu le 21 août 2018
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.