Attendre que/s’attendre à ce que + subjonctif imparfait ?

Bonjour,

J’ai de gros doutes – constants – quant à l’emploi du subjonctif imparfait. Qu’en est-il après « attendre que » quand il est à l’imparfait ? Je vous mets quelques exemples de phrases qui me questionnent :

  • Peut-être parce qu’elle attendait que cette sonnerie retentît dans le petit local réduit que représentait son appartement.
  • Alors qu’elle attendait que le médecin finît de gribouiller sa feuille, elle eut soudain très peur.

Et que faire lorsque « attendre » est dans une phrase à l’imparfait, mais pas lui ?

  • Elle restait là, en attendant que quelqu’un vienne la chercher, qu’on la guide.

Est-ce la même règle avec « s’attendre à ce que » ?

  • Elle s’attendait à ce qu’on lui montre quelques prises.

Bref, je suis un peu perdue avec les emplois du subjonctif imparfait…

Je vous remercie par avance pour votre aide, toujours si précieuse.
Mélody.

melody_nelson91 Membre actif Demandé le 31 janvier 2021 dans Conjugaison

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

1 réponse(s)
 
  • Aujourd’hui, le subj. imparfait est perçu comme trop littéraire ou trop soigné, on peut le remplacer par le subj. présent ; ce n’est pas une obligation mais un choix qui est admis et qui est aussi dicté par les destinataires de vos écrits. Au passé, on peut utiliser aussi le passé composé du subj.

Donc voici les possibilités  :

  • Peut-être parce qu’elle attendait que cette sonnerie retentît / retentisse / ait retenti dans le petit local réduit que représentait son appartement.
  • Alors qu’elle attendait que le médecin finît / finisse / ait fini de gribouiller sa feuille, elle eut soudain très peur.

Pour attendre, « en attendant que » est suivi du subj.; donc la concordance des temps au passé se pose dans les mêmes termes ; sauf que je ne mettrais pas de passé composé car l’action n’est pas accomplie.

  • Elle restait là, en attendant que quelqu’un vienne / vînt  la chercher, qu’on la guide/ qu’on la guidât. 
joelle Grand maître Répondu le 31 janvier 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.