Article partitif ?

Bonjour,

Dans la phrase « Il a peur de ne pas assez gagner d’argent » : est-ce que « d' » est un article partitif ? ou une préposition ?
Merci.

GUIBERTL Débutant Demandé le 8 juin 2022 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

C’est un partitif : avec la préposition « assez » on signale qu’on parle d’une partie.

On compare :
Ils avaient peur de ne pas gagner assez de bonbons.
Ils avaient peur de ne pas gagner les bonbons.
Ils avaient peur de ne pas gagner assez d’argent.
Ils avaient peur de ne pas gagner l’argent promis.

De toutes façons, on ne peut pas avoir une préposition après une préposition (à moins qu’on ait affaire à une locution prépositionnelle qui alors correspondrait à un seul mot.

Tara Grand maître Répondu le 8 juin 2022

Oui, car on oppose la partie au tout.

Prince Grand maître Répondu le 8 juin 2022

MERCI !

GUIBERTL Débutant Répondu le 8 juin 2022

* Je pense que Tara se trompe, que « de » n’est pas un article partitif (ça n’a aucun sens), que « assez » n’est pas une préposition (ça n’a aucun sens), et que « assez » ne signale en aucun cas qu’on parle d’une partie (ça n’a aucun sens).
Il n’y a aucun sens partitif dans « assez », non plus que dans « beaucoup ».
Sur la base d’un partitif : J’ai du pain, j’ai assez de pain, j’ai beaucoup de pain…
Sur la base d’un simple pluriel : J’ai des chats, j’ai assez de chats, j’ai beaucoup de chats…
Ces adverbes de quantité s’appliquent aussi bien à du partitif qu’à du pluriel indéfini.

* Je pense que Prince se trompe.
Dans « j’ai assez d’argent », « assez d’argent » n’est pas une partie qu’on oppose à un tout, qui serait « tout l’argent ». Il s’agit simplement d’un adverbe de quantité.

1. De l’argent
Est-ce du partitif ? Avoir de l’argent, manger du pain, boire de la bière, oui, il y a là ce qu’on appelle des articles partitifs. Cela est par ailleurs totalement indépendant de la quantité, du « pas assez » comme du « trop ». Quand on utilise l’expression « article partitif« , ou « déterminant partitif« , pour « du » ou « de la » cela inclut le mot « de » et l’article proprement dit, mais on peut pas dire que « de » soit un article partitif en soi. Donc déjà vous avez un début de réponse : non, « de » n’est pas un article.

2. Assez de, pas de, pas assez de…
« Assez » est un adverbe. Dans « assez de« , le mot « de » est un élément qui, avec un adverbe, forme une locution adverbiale, ici exprimant une quantité. Cet élément « de » qui sert à former des locutions en tout genre est peut-être (?) une préposition, mais ce qui compte est la locution dans son ensemble. C’est « assez de » qu’il faut considérer.
Les mots « beaucoup« , « assez« … sont des adverbes de quantité ou de degré, et « beaucoup de« , « assez de« … sont des déterminants (Grevisse dit que l’adverbe suivi de « de » est utilisé comme un « déterminant indéfini »). [Beaucoup de] gens viennent. J’ai [assez de] soucis comme ça. [Tant de] travail reste à faire… J’ai [assez d’]argent.

3. Deux types de déterminants.
On peut dire que, de même que « de la bière » est introduit par un « déterminant partitif« , « assez de bière » est introduit par un « déterminant indéfini« .
Si je comprends bien, vous tentez de décomposer, ainsi :
— J’ai [de l’argent] + [assez d’argent] = J’ai [assez d’argent]
— Je bois [de la bière] + [beaucoup de] = Je bois [beaucoup de bière]
Ce que vous voulez savoir, c’est si le « de » dans [beaucoup de bière] vient de [de la bière] et a plutôt un sens partitif ou vient de [beaucoup de] et a plutôt un sens de préposition liée à l’adverbe de quantité ?
Il n’y a pas de réponse à cela, car c’est en fait le mot « de » lui-même l’élément central du déterminant, que c’est le même dans les deux cas, et qu’il n’est pas soit article soit préposition.
En dehors des déterminants définis, toute une série de déterminants ont une trace de ce mot « de » pour introduire les noms :
* de la, du (donc en association avec un article défini) = déterminant partitif
* des (plus ou moins équivalent du pluriel de l’article partitif, de les) = déterminant indéfini
* beaucoup de, assez de, pas de = déterminants indéfini basés sur un adverbe de quantité
* de grands arbres = le déterminant est formé par l’association du mot « de » et d’un adjectif qui participe à la détermination

4. Formellement.
Le mot « de » participe à créer de nombreux déterminants. Il n’est pas un article partitif. Il n’est à mon avis pas non plus une préposition (ou alors n’importe quoi peut s’appeler préposition).
Dans « de l’argent », « de la bière », il faut considérer ensemble [de la] et on peut nommer cela article partitif.
Dans « assez d’argent », « assez de bière », « assez de maisons », il faut considérer ensemble [assez de] et on peut nommer cela déterminant indéfini.
C’est normal qu’il y ait le mot « de » dans les deux formes, c’est le même. C’est le noyau du déterminant, il ne change ni de nature ni de fonction, et il est complété d’éléments divers selon le rôle que jouera le déterminant.

Pie Débutant Répondu le 8 juin 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.