« après que » + indicatif dans une phrase infinitive

Répondu

Bonjour,

La phrase ou je doute est la suivante :

« Commencer la journée en battant Benoît après qu’il a refusé de me serrer la main, je ne pouvais pas rêver mieux »

Je sais qu’il faut mettre l’indicatif après « après que », mais est-ce toujours correct dans une phrase infinitive ?

 

D’avance merci pour votre aide.

Max

Zab Débutant Demandé le 10 janvier 2022 dans Général

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Bonjour,

« Après que réclame l’indicatif dans tous les cas (le condit. entre dans l’ind.).
C’est à notre époque seulement que l’emploi du subjonctif est devenu une habitude, en assez peu de temps dans la presse,  à la radio, dans l’usage courant et même chez des écrivains. C’est notamment à partir des formes du passé que s’est faite la substitution du subjonctif à tous les temps.
Mais cela s’est fait au mépris de l’opposition fondamentale entre les deux conjonctions et les deux modes. »

Joqseph HANSE, Nouveau dictionnaire du français moderne, 3éd., Duculot.

(Je ne trouve pas formellement le cas que tu recherches.)

Prince Grand maître Répondu le 10 janvier 2022

J’ai trouvé cela :

« Mais les constructions infinitives sont rares. Elles concernent exclusivement après que sous la forme [après  + infinitif composé] et ne sont possibles, sans jamais devenir obligatoires, que si les sujets sont coréférentiels : Il est revenu après avoir dîné. »

Riegel, Pellat, Rioul, Grammaire méthodique du français, 5éd. , PUF, p. 855.

le 10 janvier 2022.

Votre phrase n’est pas une phrase infinitive.

La proposition introduite par « après que » contient un verbe conjugué « a refusé ». Le Groupe infinitif « de me serrer la main » est COD de ce verbe.

Par exemple :

« Ne pas courir dans les couloirs. » et « Que dire ? » sont des phrases infinitives.

Je cherche une maison où me cacher.
= Proposition subordonnée relative dont le verbe est à l’infinitif.

Paul entend les oiseaux chanter. (= Paul entend que les oiseaux chantent.)
= Proposition infinitive.

Je ne crois pas que la présence de l’infinitif détermine le mode d’une proposition.

Je sais qu’il veut me serrer la main.
= Indicatif.

Je doute qu’il veuille me serrer la main.
= Subjonctif.

lmarcq Maître Répondu le 10 janvier 2022
Meilleure réponse

Ce qui dérange d’abord est sans doute la non concordance des temps entre la principale et [la proposition infinitive contenant un verbe conjugué].
— [Sortir après qu’il a plu], c’est agréable.
— [Sortir après qu’il avait plu], c’était agréable.
Cette concordance montre qu’on parle de faits précis ayant lieu ou ayant eu lieu, et il faut bien utiliser l’indicatif après « après ».
— Commencer la journée en battant Benoît après qu’il a refusé de me serrer la main, je ne peux pas rêver mieux.
— Commencer la journée en battant Benoît après qu’il avait refusé de me serrer la main, je ne pouvais pas rêver mieux.

Peut-être cherchiez-vous un effet de proposition infinitive intemporelle comme par exemple [sortir après la pluie].
— [Sortir après la pluie], c’était, c’est, et ce sera toujours agréable.
Alors je pense comme vous le suggérez qu’il peut exister des propositions infinitives, exprimant des situations non concrètes, totalement décontextualisées même avec un verbe conjugué dépendant de l’infinitif ; que dans ces cas on ne trouve pas davantage de caractère accompli avec « après que » qu’on en trouve avec « avant que » ; et que le subjonctif passé est alors le temps adapté.
— On ne devrait pas sortir après qu’il ait plu. Sortir après qu’il ait plu, quelle joie ce serait. S’endormir après que la nuit soit tombée… Critiquer une personne après qu’elle soit partie, rien de plus agréable…
Votre phrase est suffisamment contextualisée pour que votre proposition infinitive soit datée et concrète, et que sa subordonnée en « après que » soit à l’indicatif. Mais en neutralisant les protagonistes et les temps, selon moi le subjonctif tient la route…
— Commencer une journée en battant un adversaire après qu’il ait refusé de saluer, on ne saurait rêver mieux.

Anonyme Débutant Répondu le 10 janvier 2022

Une explication très claire et détaillée.  Si je pouvais je labelliserais votre message « meilleure réponse » !
Pink Panther — Ensemble d'autocollants pour télégrammes

le 11 janvier 2022.

Merci à tous pour vos réponses 🙂

Zab Débutant Répondu le 11 janvier 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.