afférer, afférant ?

Bonjour,

Le verbe afférer figure dans le dictionnaire Larousse:

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/aff%C3%A9rer/1431

Est-il correct d’écrire:

« Les ex-Premiers ministres ont droit à un agent pour leur secrétariat particulier, un véhicule de fonction,  un conducteur automobile et à la prise en charge des dépenses y afférant. » ?

 

czardas Grand maître Demandé le 4 mai 2015 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

oui.

Si vous tapez  :  l’adjectif afférent puis homonyme vous pouvez lire son participe présent.

Dans le CNRTL afférent existe mais pas afférant dans le sens souhaité ! Peut-être y a-t-il une subtilité qu’il conviendrait d’apprécier.

je préfère dans votre phrases y lire dépenses afférentes.

D’autre part, il conviendrait d’ajouter « à » après chaque virgule.

Yves Maître Répondu le 4 mai 2015

Pouvez-vous nous citer la source précise de vos mentions ? Personne ne semble trouver « afférant »…

le 4 mai 2015.

L’ adresse http susmentionné par szardas. Puis en tapant afférent et homonyme.

D’autre part sur le Site de l’Académie française en tapant afférant nous pouvons lire

  1. … *  M. Henri GUITTON aimerait poser plusieurs questions afférant à la distinction qu’évoque le titre de la conférence : Science …

    28/05/2013 – 15:37

Cela dit, je suis d’accord avec vous et qu’il faut écrire afférent dans la tournure de la phrase énoncée.

le 5 mai 2015.

Il s’agit d’une citation de François Jacob, prix Nobel de médecine, et non d’une position de l’Académie française. La faute a pu échapper à celle-ci , ou par élégance, elle ne l’a pas relevée d’un (sic) désobligeant.

le 5 mai 2015.

oui. La phrase a été appréciée sur le Site de l’Académie française en tapant afférant.

Je comprends qu’afférant ne peut être employé et quel seul l’adjectif est consacré.

Merci

le 5 mai 2015.

On trouve, en effet, la phrase sur le site, mais je doute qu’elle ait été  « appréciée » par l’Académie française.

le 5 mai 2015.

J’ai posé la question à l’Académie française. Voici sa réponse :

« La citation que vous reproduisez d’un discours prononcé à l’Académie des sciences morales et politiques contient, comme vous semblez le soupçonner, une faute : il faudrait écrire afférent car la forme afferant a disparu, de même que le verbe d’ancien français afférir dont elle était le participe présent.

Vous pouvez signaler cette erreur à l’Académie concernée afin qu’elle fasse le nécessaire pour la corriger. »

Tout est dit.

le 6 mai 2015.

La graphie « y afférant » est fautive. Il faut employer « y afférent ». Dans cette expression afférent n’est pas un participe présent, mais un adjectif qui s’accorde : « les dépenses y afférentes ».
Voici la définition de l’Académie française :
« adj. Qui se rapporte à.  Renseignements afférents à une affaire. Des lectures afférentes à des recherches historiques. Le commerce extérieur et les questions afférentes. »
Il n’y a pas de verbe afférer (il exista un verbe afférir en ancien français), donc on n’a jamais « y afférant » qui est une graphie fautive.
On n’écrira pas « les droits « afférant » à cet héritage », mais « les droits afférents à cet héritage ».

jean bordes Grand maître Répondu le 4 mai 2015

Comme « adjacent », « conséquent » ou « latent », et malgré sa désinence, il ne s’agit de nos jours que d’un adjectif, qui s’accorde donc en conséquence. Le verbes qui pourraient engendrer un participe présent n’existent pas ou plus.

Chambaron Grand maître Répondu le 4 mai 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.