Accords et constructions

Répondu

Bonjour,

J’ai quelques incertitudes quant à la bonne écriture de ces phrases :

1. Je partageais d’autant plus ces propos que je les avais souvent entendu exprimés (entendu exprimer ?) dans la famille.

2. il ne se passait guère de dimanche(s ?) sans qu’elle me l’annonce, tout(e ?) en certitude.

3. De ma petite enfance plus rien ne m’est revenu. Rien qui (ne ?) puisse justifier des réminiscences susceptibles d’expliquer du refoulement, puisque je continue de m’en souvenir.

4. Si vous saviez combien j’ai eu de soucis à cause de vous.
OU Si vous saviez comme j’ai eu du souci à cause de vous.

Je vous remercie pour vos solutions.

Marisa Grand maître Demandé le 9 mars 2021 dans Général
2 réponse(s)
 
Meilleure réponse

1. Je partageais d’autant plus ces propos que je les avais souvent entendus exprimés (entendu exprimer ?) dans la famille.
Les deux sont possibles mais attention « entendus » s’accorde avec « les ».

2. il ne se passait guère de dimanches sans qu’elle me l’annonce, avec assurance (ou : tout à fait certaine).
« Dimanche » est un mot comme un autre, qui prend le pluriel. « tout en certitude » (tout à fait en certitude ne se dit pas)

3. De ma petite enfance plus rien ne m’est revenu. Rien qui  puisse justifier des réminiscences susceptibles d’expliquer du refoulement, puisque je continue de m’en souvenir.
Quand « rien » est déterminé par une relative on n’utilise pas « ne »

4. Si vous saviez combien j’ai eu de soucis à cause de vous.
OU Si vous saviez comme j’ai eu du souci à cause de vous.
Les deux sont possibles et n’ont pas le même sens : avec « combien » , notion de quantité, avec « comme », notion d’intensité.

Tara Grand maître Répondu le 9 mars 2021

Je vous remercie beaucoup, Tara, pour ces éclaircissements.

Marisa Grand maître Répondu le 9 mars 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.