Accord participe passé avec « en » et quantités

Bonjour

Sur un ancien post de ce forum (« l’accord du participe passé précédé du pronom en »), on explique que le participe passé est invariable si « en » est accompagné d’un adverbe de quantité qui précède la participe passé. Avec pour exemple : Des gens charmants, combien en avez-vous connu ?

Dans un post plus récent (« en avoir fait »), un lien nous est donné comme aide (http://www.aidenet.eu/conjugaison44.htm). On peut y lire au dernier point que le participe passé s’accorde quand un adverbe de quantité précède « en ». Avec pour exemples : Des cerises, combien j’en ai mangées ou encore Autant de parties il a jouées, autant il en a perdues.

A moins que je ne me trompe, ces deux points se contredisent.

Pouvez-vous donc m’éclairer au sujet de l’accord de « en » en présence d’adverbes de quantité ? (ou simplement me dire si les règles présentées dans le lien aidenet.eu sont correctes)

Merci d’avance,
En vous souhaitant un bon dimanche.

Kolargol Amateur éclairé Demandé le 13 décembre 2015 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 

En » est senti comme un pronom personnel un peu particulier : il correspond à un syntagme introduit par de (même si ce de est dans le cas présent un article partitif), et il indique une quantité qui peut être non nombrable (De la bière, j’en ai bu) ou qui, si elle est nombrable, peut être l’unité (Combien en as-tu pris ? Une). Comme il exprime ainsi une portion imprécise de quelque chose, il est assez normal qu’on hésite à considérer qu’il représente un pluriel.

Le fait que en ne soit pas un objet direct comme les autres n’empêche pas qu’il puisse représenter un pluriel masculin ou féminin  pour les mots qui s’accordent avec lui :
En ai-je vu jetés à terre par les politiciens de ces courageux officiers !
Il y en a qui se contentent avec mon polichinelle.
Toutes ces choses qu’on raconte, il y en a qui sont vraies.

En particulier, que ayant en comme antécédent est un objet direct normal :
Des livres, j’en ai que vous n’avez jamais lus.

Cependant, l’usage n’est pas général, et il n’est pas rare qu’on traite en comme un autre pronom personnel et qu’on lui attribue le genre et le nombre du nom représenté. Cette variation ne peut donc être taxée d’incorrecte.
Ses ordres, s’il en a donnés, ne me sont pas parvenus. (Stendhal).
De même lorsqu’il y a un adverbe de degré.
Combien de gens il a convertis, combien il en a consolés.
Vos lettres, combien, depuis un mois vous m’en avez écrites.
Des gens comme nous en avons tant connus.

Dans des phrases comme la suivante, l’accord est commandé non par le mot en, mais par un pronom relatif objet direct placé avant le participe :
Il retournait contre sa mère les armes qu’il en avait reçues.

Les deux exemples que vous donnez ne sont donc pas incompatibles.

jean bordes Grand maître Répondu le 13 décembre 2015

Bonjour,

Le participe passé reste invariable, même si le pronom en est associé à un adverbe de quantité: combien , beaucoup , tant , trop , plus

Des cerises j’en ai tant mangé !
De tous ces livres dont vous parlez en avez-vous lu beaucoup ?
Des conseils , elle en a  plus reçu qu’elle n’en voulait.

czardas Grand maître Répondu le 13 décembre 2015

Bonjour,

En est un pronom neutre et partitif.

Le participe passé dont le C.O.D est le pronom neutre et partitif en reste invariable. En prend une partie de son antécédent et désigne une quantité qui n’est pas nombrable.

Des études j’en ai fait.  ( En ne remplace qu’une partie non nombrable de son antécédent études.)

Le participe passé est également invariable si en est accompagné d’un adverbe de degré qui précède également le participe passé .

 Voici mes exercices … Combien en ai-je fait au bout d’une heure ? 

Le pronom en peut aussi désigner une partie d’une seule chose.

Elle n’a pas eu de chance. Ou pet-être qu’elle en a eu beaucoup.

Il faut prendre garde au fait que le pronom en n’est pas toujours C.O.D

Elle employait contre son professeur les arguments qu’elle en avait reçus. (le pronom en est ici complément d’objet indirect et remplace professeur. L’accord se fait alors avec arguments.)

Voici quelques exemples pour fixer les idées:

J’adorais ces glaces pilées arrosées d’un sirop ou de thé de cérémonie.Je n’en avais plus mangé depuis l’enfance.

De son grand-père , il utilisait toujours bien les outils qu’il en avait reçus .

J’ai bien réfléchi à des solutions plus avantageuses pour moi, je n’en ai pas trouvé.

Plus curieux de son jardin depuis qu’on en avait arraché les fleurs, il désira semer d’autres grains…

czardas Grand maître Répondu le 13 décembre 2015
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.