accord du verbe avec un collectif

Bonjour,

Encore aujourd’hui des manifestations de gilets jaunes se déroulent en France. La question que je vais poser s’adresse tout particulièrement au grand maître Tony qui est un spécialiste de la question, puisqu’il entretient des relations épistolaires très suivies avec P. Vannier.

Ce matin à la radio j’ai entendu un journaliste dire :

« Je suis place d’Italie, une foule déchaînée de gilets jaunes grossissent à vue d’oeil…»

J’ai trouvé cela cocasse : ces gilets jaunes sont-ils là pour faire bombance ou manifester ?

Qu’en pensez- vous Tony ?

czardas Grand maître Demandé le 27 avril 2019 dans Accords
Ajouter un commentaire
2 réponse(s)
 

Bonjour Czardas,

J’aime beaucoup votre humour. Je pense cependant que ces gilets jaunes (GJ) étaient là pour manifester et non pour faire bombance.

Je vois où vous voulez en venir et je partage votre position sur ce point.
Par exemple :
– Je suis place d’Italie, une foule déchaînée de gilets jaunes grossissent à vue d’œil
(ça fait penser que les GJ étaient là pour faire bombance et que ce sont eux qui grossissent)
Or, si on écrit :
– Je suis place d’Italie, une foule déchaînée de gilets jaunes grossit à vue d’œil
(on comprend clairement que c’est la foule qui grossit et non pas les GJ)

Il est donc évident que le journaliste en question a fait une faute d’accord, et qu’il fallait dire grossit.

Parfois, (et vous le savez très bien) certaines formulations indiquent clairement quel mot est en rapport avec l’action que décrit le verbe, c’est ce mot qui est alors le donneur d’accord.
Par exemple :
a) Accord avec le complément :
– Une foule de malades s’avançaient. (ce sont les malades qui sont vus et la foule ne signifie plus que quelque chose comme « énormément » ou « de très nombreux ».
– Un tas de billets rouillaient (ce sont les billets qui roulent, pas le tas)
b) Accord avec le collectif :
– Une file de voitures bloquait. (c’est la file qui bloquait, pas les voitures.
– Le nombre de victimes est élevé (c’est le nombre qui est élevé)

Par contre, il y a des cas où les deux accords sont possibles (oui, même avec « la majorité » 🙂 ..), selon le sens souhaité, selon l’intention de l’auteur (ce sont les nuances sémantiques dont parlait P. Vannier d’ailleurs). Par exemple, on trouve dans la neuvième édition du dictionnaire de l’Académie :
– La majorité des habitants de ce pays pratique ou pratiquent la religion catholique. (l’accord avec le collectif insiste sur l’idée abstraite d’ensemble, sur l’effet de masse “vision globale”, quand celui avec le complément souligne la pluralité d’unités “vision détaillée”
ou encore :
– Un grand nombre d’hommes peut être nuisible à l’État (une grande population)
– Un grand nombre d’hommes peuvent être nuisibles à l’État (plusieurs hommes)

Donc je maintiens ce que j’ai expliqué précédemment, les deux accords sont  toujours possibles, sauf cas particuliers.

Cependant, Czardas, vous ne manquez pas de culot pour oser me relancer et créer un post spécialement pour moi après tous nos échanges virulents et tous les propos outrageants que vous avez tenus à mon encontre. Nous ne serons jamais d’accord, c’est ainsi. D’ailleurs, oui, ne vous en déplaise, je suis constamment en contact avec P. Vannier. J’aime bien avoir l’avis d’un vrai professionnel. Mais je pense que ça doit vous embêter car il me répond toujours contradictoirement à votre égard. Mais bref, j’interpelle Joelle sur ce point, car pour le coup c’est vous qui me relancez. 

Par ailleurs, je tenais à vous dire une dernière chose. Vous vous permettez de dire que mes questions sont saugrenues, mais en attendant ce sont celles qui récoltent le plus de votes positifs et le plus de réponses. Elles servent à beaucoup en comparaison aux vôtres. 

Tony Grand maître Répondu le 28 avril 2019
Ajouter un commentaire

Tony, vous avez écrit :
Une foule de malades s’avançaient. (ce sont les malades qui sont vus et la foule ne signifie plus que quelque chose comme « énormément » ou « de très nombreux »). Je ne dis pas que c’est faux.

Mais dans certains cas, c’est la foule qui frappe l’esprit (et l’oeil) : une foule de clients attend devant le magasin avant l’ouverture.

Votre réponse est très documentée, intéressante. Je vous propose de ne pas relancer les querelles (on a tous vu que Czardas vous avait directement interpellé). Chacun doit pouvoir apporter sa réponse sans forcément débattre, les lecteurs se font leur opinion comme des grands !

Dernier point, je n’ai pas saisi la notion de billets qui rouillent…

joelle Grand maître Répondu le 28 avril 2019

Mince, je voulais écrire « un tas de billes qui roulaient » (ce sont bien les billes qui roulaient, pas le tas ..) Ai temps pour moi !

le 29 avril 2019.
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.