Accord du mot « essentiel »

Bonjour,

J’ai un doute sur l’accord du mot « essentiel » dans la phrase:
« Vous trouverez en complément un livret regroupant les annexes qu’il nous parait essentiel(les) de joindre »

Je pense qu’il faut accorder. Me trompe-je?

Adrien Débutant Demandé le 6 janvier 2016 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Dans votre phrase, « essentiel » n’est pas attribut de « annexes » mais de « il », pronom impersonnel et donc « neutre » (dit masculin).
Pas d’accord donc : « Vous trouverez en complément un livret regroupant les annexes qu’il nous parait essentiel de joindre. »

N.B. Dans votre dernière phrase, on écrit : « Me trompé-je ? » (ou  « Me trompè-je ? » depuis les réformes de 1990). Il faut de toute façon  accentuer le « e »…

Chambaron Grand maître Répondu le 6 janvier 2016

J’y tiens, la soi-disant « réforme de 1990 » n’est pas une réforme, c’est une proposition de réforme, et mêms, pour moi, une « proposition de tolérances ».

le 6 janvier 2016.

Certes, mais je cautionne nombre de ces modifications — à quelques exceptions près — et les applique de plus en plus couramment. Je suis minoritaire pour beaucoup de lettrés ( y compris pour le Projet Voltaire), mais j’assume…

le 6 janvier 2016.

Incroyablement rapide et précis!
Merci à vous, bonne journée.

Adrien Débutant Répondu le 6 janvier 2016

Avec plaisir…

le 6 janvier 2016.

Bonjour,
Les verbes se terminant par -aître et par -oître sont peu nombreux. On peut notamment citer les verbes suivants et leurs dérivés : paraître, connaître, naître, croître. Ils sont cependant remarquables car la règle est relativement simple d’autant plus qu’il s’agit de verbes assez fréquents.

Les verbes en -aître et en -oître conservent leur accent circonflexe quand le i du radical est placé devant un t.

je connais mais il connaît
je connaissais mais je connaîtrai

Remarque:
Dans les modifications orthographiques de la réforme de 1990, on propose de laisser tomber cet accent circonflexe. L’accent circonflexe du i devant le t peut être retiré sauf dans le cas du passé simple : vous naquîtes mais il nait au lieu de il naît.

Ces « recommandations  » qui datent de plus d’un quart siècle ne sont toujours pas entrées, voire ancrées dans les mœurs orthographiques.

Écrivez donc paraît avec un accent circonflexe.

 

czardas Grand maître Répondu le 6 janvier 2016

Certes, mais je cautionne nombre de ces modifications — à quelques exceptions près — et les applique de plus en plus couramment. Je suis minoritaire pour beaucoup de lettrés ( y compris pour le Projet Voltaire), mais j’assume…

le 6 janvier 2016.

Vous pouvez dérouler votre phrase dans l’autre sens, lorsque vous avez un doute.
Ici, la phrase signifie « Il nous paraît essentiel de joindre en complément un livret regroupant les annexes. »

Pour ce qui est de votre fin de question, personnellement, je vous conseille « Est-ce que je me trompe ?« , qui est tout de même plus moderne.
Sinon, quitte à employer une tournure littéraire, autant faire illusion jusqu’au bout et ne pas vous arrêter en si bon chemin.
Aussi, pour que vous n’ayez pas l’air de vous tromper justement,  je vous conseille « Me trompé-je ?« .

À propos de 1990, je suis de l’avis de Jean et  de Czardas (et du plus grand nombre…), une réforme est censée être un changement visant à une AMÉLIORATION. C’est là que le bât blesse !
À mon sens, cette réforme est inutile, pire encore, elle est nuisible.
En fait « d’amélioration », on propose d’entériner tout ce qui était jusque-là considéré comme erroné, et d’apprendre 5000 fautes (et donc d’oublier les 5000 bonnes tournures, double peine !) dans le but, prétend-on, de « faire évoluer la langue ».
Langue qui, de ce fait, ne peut qu’évoluer dans le mauvais sens et s’appauvrir de plus en plus, cela paraît évident ! (en tout cas pour le plus grand nombre…)

Petit rappel : cette prétendue réforme autorise désormais l’orthographe ‘nénufar« , du fait de son étymologie arabe et non grecque.
Dès 1990 la nouvelle orthographe de ce mot en particulier avait provoqué un véritable tollé, raison pour laquelle cette dissension entre partisans et opposants a été appelée « Guerre du nénuphar ».
D’ailleurs, le titre de la brochure, parue en 2005, regroupant les réformes apportées à la langue, sonnait comme une provocation insupportable : Le millepatte sur un nénufar
(évidemment, le correcteur orthographique du site souligne tout ça en rouge !  Non en effet, cette orthographe « réformée » n’est toujours pas acceptée ni utilisée par le plus grand nombre, n’en déplaise à l’Académie.)

Vingt-cinq ans plus tard, nous nous apercevons que nous avions raison de nous inquiéter : les « éléfants« , les « téléfones« , les « farmacies » fleurissent de façon exponentielle, et à ce rythme nous ne sommes pas à l’abri de leur entrée dans le dictionnaire…
Peut-être même, d’ici un quart de siècle, nous ferons-nous corriger notre orthographe traditionnelle, si nous ne continuons pas à nous battre pour ce en quoi nous croyons !

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 24 janvier 2016
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.