Accord douteux avec énumération

Répondu

Bonjour à tous,

Une fois de plus, le doute m’assaille… La phrase qui me pose problème est la suivante : « Celui-ci énonce que toute action, pensée, émotion ou ressenti positifs engendrent naturellement et automatiquement des actions, pensées, émotions ou ressentis positifs. »

Elle me paraît correcte, mais je doute sur « toute » et sur « positifs » dans la première partie de la phrase. L’auriez-vous orthographiée différemment ? Quelle règle justifierait que « toute » s’accorde avec le premier mot et « positifs » avec l’ensemble ?

Pardonnez-moi si la réponse vous semble évidente ; la construction grammaticale m’échappe ici… 🙂

Merci à vous !

Laureline Amateur éclairé Demandé le 24 juin 2020 dans Accords
2 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Ce n’est pas évident, non. Il faut répéter le déterminant : Tous formulaires ou toutes publications doivent paraître sur le site Web.
toute action, toute pensée ou toute émotion positives (je retire ressenti, qui n’existe pas comme nom commun dans le CNRTL* et qui est doublon par rapport à émotion) engendrent des actions, des pensées et des émotions positives.

http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4107

* Il existe dans d’autres dictionnaires mais c’est une invention récente.

joelle Grand maître Répondu le 24 juin 2020

Un grand merci pour vos réponses toujours pertinentes, Joelle ! Je doutais également sur l’accord du verbe, « engendrent », que je vois que vous avez laissé au pluriel, ce qui me conforte dans mon idée 🙂 Belle journée à vous !

le 24 juin 2020.
On ne peut pas trouver le nom  commun  ressenti sur le TLFi car les plus « récents » de ses corpus datent d’il y a un demi-siècle (1970), avant donc que ce mot apparaisse, en 1985.

Il a été enregistré par les dictionnaires actualisés, par ex. le G.R :
« Ressenti
1985).

 N. m. Impression ou sensation, physique ou mentale, que l’on éprouve. Le vécu et le ressenti. Le ressenti corporel.

© 2017 Dictionnaires Le Robert – Le Grand Robert de la langue française »

C’est un doublon, comme l’écrit Joëlle (de sensation ou  d’impression).
On crée des mots alors que leur(s) équivalent(s) existe(nt) déjà. Ex. : Solutionner pour résoudre!   (créé sans doute parce que  certains ne savaient pas conjuguer résoudre).

Prince Grand maître Répondu le 24 juin 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.