Accord de « toute »

Bonjour,

Je ne sais pas comment accorder  toute dans ces exemples :

Toute en pensées (le sujet est une femme)
Toutes pleines
–  Une raison tout expliquée

Merci, cordialement,

Electra78 Maître Demandé le 2 septembre 2020 dans Accords
3 réponse(s)
 

Tout autre protection :   c’est pareil ?

Merci.

Electra78 Maître Répondu le 2 septembre 2020

Il faut écrire « toute autre protection » (n’importe quelle protection).
Dans l’expression tout autretout est adjectif et donc variable quand il signifie « n’importe quel », adverbe et invariable quand il signifie « tout à fait, entièrement ».

Toute autre personne aurait compris (= n’importe quelle autre personne → tout adjectif) mais Il fait tout autre chose (= il fait tout à fait autre chose → tout adverbe), un sujet d’une tout autre nature.

NB : Dans tous les cas, autre s’accorde avec le nom auquel il se rapporte.

le 2 septembre 2020.

Quelques références à propos de  « toute en pensées » :

DICT. J. HANSE :
« Tout suivi d’un complément prépositionnel (tout à, de, en , entre). L’usage est hésitant  : il traite parfois tout comme adverbe, beaucoup plus souvent comme adjectif détaché. » Et de citer un grand nombre d’ex. avec toute et deux seulement  avec tout. Plus loin : « Moins souvent, on laisse tout  invariable ».

LE GRAND ROBERT :

« Cour. (devant une préposition). Elle était toute à son travail. La vérité est toute à tous (→ Devoir, cit. 11). Tout, toute de…, en…, dans…
REM. Dans cet emploi, tout, adjectif, équivaut à tout entier, et se distingue par le sens de tout, adverbe.
© 2017 Dictionnaires Le Robert – Le Grand Robert de la langue française »

LE BON USAGE :
« Quand les syntagmes prépositionnels en noir, en sueur , etc. sont précédés de tout , on a le choix, au sing., entre Elle est tout en noir (tout considéré comme un adverbe) et toute en noir (tout considéré comme épithète détachée. Au plur., Elles sont toutes en noir (= toutes sont en noir) doit être distingué de Elles sont tout en noir (= entièrement en noir). »

LE TLFI
« Inv., suivi d’un syntagme prép. à valeur d’adj., avec à, de, en(Être) tout en fleur(s), tout en eau*, tout en larmes, tout en nage, tout en pleurs (v. pleur), tout en sueurAu même moment, un coup de tonnerre éclata avec un bruit affreux, et une lumière aveuglante dont la chambre parut tout en feu (BOURGESCrépusc. dieux, 1884, p. 318). Devant les cagnas, le capitaine veillait seul, grand corps maigre, tout en jambes (DORGELÈSCroix de bois, 1919, p. 52). Ce livre a été pour son auteur une ascension vers les sommets d’une poésie intérieure tout à lui (BLANCHEModèles, 1928, p. 241). »

Mis à part le TLF – dont le corpus s’est arrêté il y a un demi-siècle – les ouvrages de grande référence consultés offre le choix ; profitons de cette « latitude », comme nous invite à le faire J. Hanse !

Tout à vous*.

* = Je suis à votre disposition.  🙂

Prince Grand maître Répondu le 3 septembre 2020

Tout est juste : l’adverbe « tout » ne s’accorde que devant un adj. au féminin commençant par une consonne ou un H aspiré (toutes pleines).
Toute en pensée est juste : c’est adjectif. 

Complément de réponse :

Subtilités : Tout suivi d’un complément prépositionnel (tout à , tout de, tout en) est parfois traité comme adverbe, plus souvent comme adjectif détaché.

Elle est toute à ses pensées ou (plus logiquement) Elle est tout à ses pensées.
Une femme toute de blanc vêtue ou (plus logiquement) Une femme tout de blanc vêtue.

joelle Grand maître Répondu le 2 septembre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.