Accord avec que

Bonjour,
J’ai subitement eu un doute sur l’orthographe de cette phrase : « J’ai gardé une affection pour toutes les femmes que j’ai rencontrées« . Est-ce que l’accord avec le verbe « rencontrer » est juste ?
Cordialement,

JeanEustache Amateur éclairé Demandé le 15 août 2021 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

6 réponse(s)
 

George,

Vous trouvez mon intervention à propos du sens possible de « UNE affection » un peu « capillotractée ».
Oui, vous avez raison « pour » dissipe le malentendu éventuel dans cette phrase de Jean Eustache.
Mais en fait, c’était une façon humoristique de dire les choses.
En effet, diriez-vous « j’ai UNE affection pour toi » ou « j’ai DE L’affection pour toi » ?

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 17 août 2021

Chère Cathy,

Je dirais effectivement « j’ai de l’affection pour toi », mais une ne me semble pas fautif lorsque l’on désire souligner le caractère particulier de l’affection qui nous lie à la personne en question.

Exemples:

« Un vieux malicieux domestique, très fort en l’art vétérinaire, servait les chevaux et pansait Godefroid, car il avait été à feu Monsieur Beaudenord, et portait à Godefroid une affection invétérée, cette maladie du cœur que les caisses d’épargne ont fini par guérir chez les domestiques. » – H. de Balzac, La Maison Nucingen,1838, p. 609

« Il était lui-même d’ailleurs composé de deux éléments en apparence incompatibles. Il était ironique et cordial. Son indifférence aimait. Son esprit se passait de croyance et son cœur ne pouvait se passer d’amitié.Contradiction profonde; car une affection est une conviction.  Sa nature était ainsi. » – V. Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 784.

https://www.cnrtl.fr/definition/affection (Voir IIA, 16 & 18; les mises en exergue sont de mon fait.)

le 17 août 2021.

@GeorgeAbitbol

Je n’arrive pas à vous répondre plus haut sous mon premier commentaire.

Il est intéressant de lire sur votre lien : https://www.projet-voltaire.fr/regles-orthographe/les-fraises-que-j-ai-mange-les-fraises-que-j-ai-mangees/

« Voilà une règle que l’on respecte de moins en moins, à l’oral comme à l’écrit, et que nombre de grammairiens eux-mêmes se plaisent à trouver artificielle ! Elle n’en reste pas moins en vigueur depuis que le poète Clément Marot l’a établie au XVIe siècle. »

Une règle doit avoir une utilité.
Celle ci n’en a pas vraiment…
Ce « noble Marot » pensait sûrement « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ».
Puisque nos grammairiens ne peuvent se mettre d’accord, au moins je ne me sentirai pas « hors la loi » en omettant l’accord et en écrivant  « les femmes que j’ai rencontré ». 
Cela dit je tacherais de ne pas oublier cette règle « artificielle » pour ne pas froisser les plus puristes d’entre vous…

braiz Débutant Répondu le 28 août 2021

Bonsoir Braiz,

« Nombre de grammairiens eux-mêmes se plaisent à trouver [cette règle] artificielle » ne signifie pas, comme vous semblez le penser, que les grammairiens soient incapables de se mettre d’accord; simplement ils considèrent, pour la plupart, que cette règle est artificielle (artificielle ne signifiant pas inutile).

« Elle n’en reste pas moins en vigueur » signifie que cette règle est bel et bien en vigueur, en dépit de son aspect artificiel.

Ceci étant précisé, libre à vous d’écrire ce que bon vous semble et d’omettre tous les accords qu’il vous plaira d’omettre; si quelqu’un doit en être froissé, ce ne sera certainement pas moi.

le 30 août 2021.

Bonjour,

Il s’agit du passé composé :

« j’ai rencontré ».

Le pronom personnel sujet est « je », première personne du singulier donc pas de « s ».

Cordialement.

braiz Débutant Répondu le 15 août 2021

Oui… mais non !

Voir ici la règle à appliquer:
https://www.projet-voltaire.fr/regles-orthographe/les-fraises-que-j-ai-mange-les-fraises-que-j-ai-mangees/

En l’occurence, c’est bien « que j’ai rencontrées » qu’il faut écrire, « que » se rapportant à « toutes les femmes ».

le 15 août 2021.

Je vous remercie et je me disais aussi.

le 15 août 2021.

Bonjour,

Pourquoi «Oui… mais non ! » ?

Prince Grand maître Répondu le 15 août 2021

Bonjour Prince,

Je réagissais à la réponse donnée par Braiz:
– oui, il s’agit bien du passé composé;
– mais non, la réponse apportée n’est pas correcte pour autant.

le 15 août 2021.

J’ai rencontré qui ? « Que » (se rapportant à « Les femmes ») COD placé avant le verbe avoir –> on accorde en genre et en nombre.
Les femmes que j’ai rencontrées.

Maintenant permettez-moi de vous apporter une petite précision :
« J’ai gardé une affection » peut vouloir dire que chacune vous a transmis une petite maladie, que vous avez toujours…………..
Ma suggestion : J’ai gardé de l’affection pour toutes les femmes que j’ai rencontrées.

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 16 août 2021

Pardon, mais il me semble bien que « J’ai gardé une affection pour toutes les femmes… » ne peut vouloir dire ce que vous comprenez. A la rigueur, il pourrait être question d’une affection (maladie) que l’auteur de la phrase aurait gardée en réserve pour chacune des femmes en question, mais cela me semble tout de même un poil capillotracté…

le 16 août 2021.

Désolée George,

Vos exemples ne font qu’apporter de l’eau à mon moulin :
« Il portait à Godefroid une affection invétérée » –> Ici « affection » est suivie d’un adjectif.
De la même façon Jean Eustache pourrait écrire « j’ai gardé pour ces femmes une certaine affection« .
J’ai de l’amitié pour toi –> j’ai une amitié indéfectible pour toi

« Une affection est une conviction » –> J’en suis contrite mais vous ne réussissez toujours pas à me convaincre par cet exemple 🙂

Je me permets, d’autre part, d’attirer votre attention sur le fait que la langue française à pas mal évolué depuis le 19ème siècle, qu’il serait bon de s’intéresser plutôt aux tournures modernes, et que les écrivains, aussi brillants soient-ils, ne peuvent pas vraiment servir de référents, dans la mesure où un auteur écrit ce qu’il veut et comme il veut, car cela n’engage que lui.

CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 19 août 2021

J’ai de la peine à vous suivre, Cathy…

Si Victor Hugo et Honoré de Balzac – deux des plus grands auteurs en langue française que l’Histoire nous ait légués –  ne sont pas des références pour vous, étant donné que « les écrivains, aussi brillants soient-ils, ne peuvent pas vraiment servir de référents, dans la mesure où un auteur écrit ce qu’il veut et comme il veut, car cela n’engage que lui », alors le premier clampin venu (comme moi-même) peut bien, lui aussi, écrire ce qu’il veut, comme il veut. Mais dans ce cas, que faisons-nous ici, quel est l’intérêt de ce site ?

le 19 août 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.