Accord avec « en »

Bonsoir,

je tombe sur cette phrase :

« Ils eurent faim, une faim telle qu’ils n’en avaient pas ressentie depuis plusieurs jours »

Je pensais qu’après « en », le participe passé restait invariable. Qu’en pensez-vous ?
Merci !

lealou Débutant Demandé le 15 septembre 2021 dans Accords

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

4 réponse(s)
 

Ils eurent faim, une faim qu’ils n’avaient pas ressentie depuis plusieurs jours.

Cette phrase lue et citée est fausse : on ne dit pas « une faim, j’en ai ressentie ».

Pour le participe après « en », normalement on n’accorde pas si « en » est COD.
Des bananes, j’en ai mangé.

Certains disent que l’on peut accorder, mais bon.

joelle Grand maître Répondu le 15 septembre 2021

— C’était une femme comme je n’en n’avais jamais vu(e)
— C’était une faim comme je n’en avais jamais éprouvé(e)
Il y a peut-être une envie d’accorder avec « une femme », « une faim », qui ressemblent au vrai cod, donc au féminin ? Mais formellement, le cod est bien le pronom « en ».

Avec le pronom cod antéposé « en », on n’accorde généralement pas, parce que « en » est le plus souvent un pronom neutre mis pour un partitif :
— j’ai bu de la bière, j’ai bu de cela, j’en ai bu, le pronom est effectivement neutre, donc le participe passé ne s’accorde pas.

Dans votre phrase, a-t-on vraiment affaire à un pronom neutre reprenant du partitif ?
— Une joie discrète, mais telle qu’il n’en avait jamais montrée en ma présence (Bosco)
— Une immense muraille telle que les hommes n’en ont jamais construite (Green)
— C’était une faim comme je n’en avais jamais éprouvée
Le pronom « en » est-il mis pour respectivement « de la joie », « de la muraille », « de la faim » ? Manifestement non.
Peut-être pour « une joie de ce type », « une muraille de cette taille », « une faim de cette intensité » ?
Quoi qu’il en soit, le pronom « en » n’a pas ici de sens partitif, il n’est pas neutre mais féminin singulier. L’accord est donc logique.

Chaudron Amateur éclairé Répondu le 15 septembre 2021

Lealou,

Vous écrivez : on peut bien dire « une faim, telle que/comme j’en ai jamais ressenti(e) »

La réponse est NON.
Comme vous l’a fort bien expliqué Joëlle, on ne peut pas dire « j’en ai ressenti une faim« .
« En » serait mis pour quoi à votre avis ?

De cette période, j’ai gardé cette soif de savoir –> j’en ai gardé une telle soif de savoir qu’elle n’est toujours pas étanchée : ici « en » est mis pour « cette période« 
Donc on dira : j’en ai gardé une soif de savoir que je n’avais jamais éprouvée avant.

On peut dire :
J’ai ressenti une telle faim que j’aurais pu manger un bœuf entier
J’ai ressenti la faim comme je ne l’avais jamais ressentie auparavant

Personnellement je ne suis pas convaincue par la réponse de Chaudron.

CATHY LÉVY Grand maître Répondu 5 jours auparavant

merci Joëlle de votre retour mais j’ai l’impression que vous avez oublié le « tel que » et je ne comprends pas pourquoi la phrase serait fausse, on peut bien dire « une faim, telle que/comme j’en ai jamais ressenti(e) »

Et Chaudron merci aussi, je comprends la logique mais je lis tout et son contraire sur « en » donc je suis un peu perdue.

lealou Débutant Répondu 1 semaine auparavant

un faim telle que je n’ai jamais ressentie.

5 jours auparavant.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.