RE: virgule entre sujet et verbe

Bonjour,

je me retrouve devant cette phrase :

 » Ne pas laisser le soin au citoyen de voter blanc, de s’abstenir, de boycotter l’élection, relève du non-sens. »

Ma question porte sur la dernière virgule, entre « élection » et « relève ».
Ce que je sais :
. Il n’est pas correct d’insérer une seule virgule entre le sujet et le verbe. Ce qui est le cas de la dernière virgule (fautive, a priori).
. Il est possible d’insérer plusieurs virgules  entre le sujet et le verbe (notamment en cas d’incise, de vocatif et autres décrochages de la pensée).
. On termine une énumération de sujets par une virgule pour signifier que le verbe se rapporte à l’ensemble  des sujets.

Ce qui me chiffonne ici, c’est que le sujet est une proposition qui se termine par une énumération. Si j’enlève la virgule entre « élection » et « relève », n’y a t-il pas une équivoque à la lecture ( « boycotter l’élection » relèverait seule du non-sens) ?

Merci pour vos éclairages. La virgule est vraiment fascinante de  finesse.

Marcel

Marcel Membre actif Demandé le 5 novembre 2020 dans Question de langue
5 Réponses

Salut Marcel,

Usage de la virgule. Idée d’addition. Absence de conjonction de coordination (notamment de et).

1. Séparer différents sujets du verbe

Règle générale : « On met une virgule pour séparer différents sujets d’un verbe non reliés par une conj. de coord. Le dernier sujet est lui-même séparé du verbe par une virgule. Tous les spécialistes ne sont pas d’accord ; mais on peut très bien considérer que la dernière virgule (donc celle placée immédiatement avant le verbe) confère à tous les sujets une valeur égale. » 

« La sottise, l’erreur, le péché, la lésine, occupent nos esprits et travaillent nos corps. »     (Ch. Baudelaire, qui, je le rappelle, était un excellent ponctueur.)

Mais il y a mieux.

2. Séparer différents infinitifs 

Règle : « On met une virgule pour séparer différents infinitifs introduits, directement ou non, par un verbe. »                                                                                             

« Nous voudrions
fuir hors du temps, nous voudrions fuir hors de nous, nous déverser dans des courants plus nombreux, nous rassasier plus encore. »  (Flaubert.)

Source : Jacques DRILLON, Traité de la ponctuation française, coll. « tel », 1991,  Gallimard, p. 165 et 170.

Prince Grand maître Répondu le 5 novembre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.