RE: ne fût-ce/ne serait-ce

Bonjour, dans l’une des questions du programme « excellence » du Projet Voltaire, une phrase est ainsi corrigée :  « Je dois lui parler, ne fût‑ce qu’une minute. » Comment expliquer ici le subjonctif, et pourquoi le préférer au conditionnel (« Je dois lui parler, ne serait-ce qu’une minute. ») ?

mishmatt Membre actif Demandé le 13 février 2020 dans Général
6 Réponses

Bonjour, je me permets de relancer cette question, car je suis retombé sur cette phrase récemment – et, à la réflexion, j’ai toujours un doute. Dans la phrase en question (« Je dois lui parler, ne fût‑ce qu’une minute. »), le premier verbe étant au présent, ne faudrait-il pas utiliser le conditionnel présent et non passé ?
Ça donnerait : « Je dois lui parler, ne serait-ce qu’une minute. » Mais on n’écrirait pas, sauf erreur : « Je dois lui parler, n’aurait-ce été qu’une minute. »

Or, la Banque de dépannage linguistique indique que le plus-que-parfait du subjonctif peut remplacer le conditionnel passé… J’ai du mal à comprendre donc pourquoi on l’utiliserait ici pour remplacer un conditionnel présent.

Merci d’avance de vos explications qui m’aideront à comprendre la logique de tout cela.
Cordialement

mishmatt Membre actif Répondu le 14 janvier 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.