RE: MOINS DE DEUX + ACCORD

Voilà ma question du jour.

Je trouve cette phrase (une traduction) dans un roman de Jodi Picoult : « Moins de deux pour cent de notre ADN reçoivent les instructions pour fabriquer des protéines. »

Je connais la règle qui dit que « moins de deux » a beau supposer une quantité inférieure à deux, le verbe qui suit se met généralement au pluriel parce que le nom auquel il se rapporte est lui-même au pluriel (-> moins de deux semaines sont passées).
OUI MAIS… dans cet exemple précis, je serais tentée de faire appel à la règle qui impose qu’en français 1.5 kilo reste au singulier,  parce que c’est moins de deux, d’autant que dans cette phrase, le nom qui suit est au singulier (notre ADN).

Qu’en pensez-vous ? Pouvons-nous accepter le singulier ET le pluriel ou affirmer qu’il faut mettre l’un ou l’autre ?

Amicalement,
Karine

karine Aubry Amateur éclairé Demandé le 26 mai 2024 dans Accords
3 Réponses

Merci Chambaron pour vos explications. Il semble qu’il y a quelques années, vous vous posiez des questions sur les accords après un pourcentage. J’y ai ajouté un « moins de »…   Je vais étudier le billet de M. Rouleau avec attention.
Une question un peu plus personnelle : comment fait-on pour devenir Grand maître ? Je ne sais même pas comment je suis devenue « amateur éclairé » (mais j’en suis très fière) ! Est-ce le fait d’avoir obtenu 987 points au Certificat Voltaire ?
Bonne soirée.
Karine

karine Aubry Amateur éclairé Répondu le 27 mai 2024

Pour les « badges »,  consultez la rubrique en haut à gauche de cette page. Tout y est expliqué et la rubrique « Participants » donne les points cumulés et toutes les réponses de chaque intervenant.
Les  statuts sont en partie accordés mécaniquement (nombre de réponses données) et en partie sur la base des votes des autres participants.
La note à la certification n’a pour ambition que de crédibiliser ceux qui répondent.

le 27 mai 2024.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.