RE: Mettre le temps

Répondu

Bonjour,

Le pronom y est-il fautif ou acceptable dans cet exemple :
Nous y avons mis le temps, mais nous en sommes enfin arrivés à aborder cette problématique.

Je vous remercie !

AG Maître Demandé le 28 juillet 2020 dans Général
5 Réponses
Meilleure réponse

« On dit : nous y avons mis du temps. »

Pas nécessairement. Y mettre le temps est enregistré notamment dans le Grand Robert et le TLFI.

« Il y a mis le temps : il a été bien long.

© 2017 Dictionnaires Le Robert – Le Grand Robert de la langue française »

On le trouve aussi, par ex.,  sur le site Langue française.net :

y mettre le temps Être lent, long, être en retard, tarder à agir
synonyme lent, lentement

En arriver à est  également une LOCUTION qui peut être suivie d’un infinitif (comme dans la phrase soumise).

TLFi : 
Loc. (domaine didact. ou domaine situationnel, proche du sens temporel). En arriver à.
 [Suivi d’un subst.] En arriver à un point, à un degré… :

23. Il en était arrivé à un point d’urémie qui ne pouvait tarder d’amener une crise.
VERCORSLe Silence de la mer, 1942, p. 16.

 [Suivi d’un inf.] :

24. Il [l’homme] en arrive à regretter le temps de ces premières confidences dont le souvenir le torture cependant.
PROUSTLa Prisonnière, 1922, p. 90.

 [Suivi d’un adv.] :

25. Regarde ce sculpteur qui (…) vient (…) de planter là sa femme, ses enfants. L’opinion l’a condamné, et certes je ne l’excuserai pas. Et pourtant comme je m’explique qu’il en soit arrivé !
A. DAUDETLes Femmes d’artistes, 1874, p. 15.

En arriver à est dans la phrase de AG un gallicisme ( = construction propre au français), comme en venir à.

« Nous y avons mis le temps, mais nous en sommes enfin arrivés à aborder cette problématique. »

On peut considérer ici que « Nous y avons mis le temps » = « Nous avons mis bien du temps à faire cela »,  cad  « à aborder cette problématique. » Et « en » peut être conservé puisque il est indispensable pour former la locution idiomatique (si l’on veut la garder). De plus, il ne représente rien ici ; il n’est même pas employé  dans une acception affaiblie de :  « cela », « à  cause de cela », « par suite de cela »…  Il n’ y a donc pas d’agrammaticalité  ni, plus généralement,  d’incohérence (contradiction, doublon…) à écrire :

Nous y avons mis le temps, mais nous en sommes enfin arrivés à aborder cette problématique.

Cela dit, ce « en » n’est pas nécessaire et l’on peut dire, en abandonnant la seconde locution :  Nous y avons mis le temps, mais nous sommes enfin arrivés à aborder cette problématique.

P.S.  Il y a des façons de rédiger la phrase sans recourir aux deux locutions en question. Pour ma part,  j’aime bien les tours propres à la langue française.   🙂 

Prince Grand maître Répondu le 28 juillet 2020

Très intéressant, Prince !
J’avais noté également de mon côté vos premières références quant à y mettre le temps.

Merci à vous de contrebalancer ; en somme, il n’y a plus de désaccord, mais différents accords possibles.
Fantastique !

le 28 juillet 2020.

Merci Monsieur Prince
C’est très utile pour moi

+1

le 28 juillet 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.