RE: « juste » utilisé pour « à peine »

Bonjour,

J’aurais souhaité savoir si la phrase suivante était correcte : « Il eut juste le temps de claquer la porte que l’autre y frappa. »
Autant la phrase ne me poserait pas de problème avec « à peine », autant ce « juste » suivi d’un « que » me fait douter.

Merci beaucoup pour vos réponses.

Solirame Débutant Demandé le 24 août 2022 dans Général
3 Réponses

Juste employé en tant qu’adverbe marque bien une corrélation temporelle :
Voir l’article du TLF c’est moi qui souligne :

[Avec une valeur restrictive] Exactement, mais pas plus; seulement, à peine. Avoir juste le temps de; arriver, commencer, se mettre, réussir juste à; venir juste de; avoir juste ce qu’il faut; avoir tout juste de quoi vivre; être tout juste bon à, capable de

Pas de problème donc avec : Il eut juste le temps de claquer la porte que l’autre y frappa

Tara Grand maître Répondu le 24 août 2022

Bonjour Tara,
Comme Cathy Levy,  je doute de la formulation, non pas à cause de l’utilisation de « juste » mais surtout du fait de sa construction et du choix des temps.

Si l’on souhaite conserver la principale telle quelle :

« Il eut juste le temps de claquer la porte avant que l’autre n’y (ou ne la mais le sens est un peu différent) frappe. »

 

le 24 août 2022.

Bonjour Ouatitm.
C’est juste … que qui vous gêne peut-être.
Pourtant « que » peut remplacer des locutions conjonctives de subordination et avoir une valeur temporelle.
Il est vrai que, si ce « que » remplaçait « avant que », on s’attendrait à ce qu’il soit suivi d’un subjonctif, ce qui ne peut être : °il eut juste le temps de claquer la porte que l’autre y frappât/frappe.
Mais on peut simplement concevoir qu’il remplace à peine … que
à peine eut-il le temps de claquer la porte que l’autre y frappa.
Il eut à peine/juste le temps de claquer la porte que l’autre Y frappa.

Je ne vois rien à redire à ces formulations

le 25 août 2022.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.