RE: Je voudrais savoir si c’est une règle essentielle de grammaire ou une tendance grammaticale : Avec les inanimés et les verbes qui expriment les goûts (aimer, adorer, détester, préférer etc.), on utilise le pronom ÇA : J’aime le chocolat. Je l’aime. → J’aime cela (ça).

Les inanimés et les verbes qui expriment les goûts

Emad1976 Maître Demandé le 11 janvier 2022 dans Question de langue
5 Réponses

Vous avez raison, on utilise parfois le pronom « le/la/les », et parfois le pronom « ça ».
— Les fraises, j’aime ça.
— Les fraises, je les lave toujours.
Ce sont les mêmes fraises, inconnues et théoriques, ce n’est pas leur spécificité qui leur vaut le pronom défini. Il me semble bien, comme vous l’écrivez, que c’est le verbe.

Pourquoi le pronom neutre ? Je vous donne mon hypothèse vite fait, mais j’ignore où c’est écrit dans les livres. La raison est je pense qu’il y a un autre verbe sous-entendu avec les verbes que vous citez. Je n’aime pas vraiment les fraises. Je ne suis pas amoureux des fraises. Je ne les aime pas. Simplement, j’aime manger des fraises. J’aime ça. Le « ça » renvoie donc à une proposition. Mais ça ne suffit pas ; dans « elle est là, du moins je le crois », on utilise le pronom défini pour reprendre une proposition. Alors peut-être que le « ça » reprend seulement des infinitifs et des propositions infinitives ? : « dormir, j’aime ça ». Oui, je dirais que c’est peut-être la raison. Mais dit-on « le sommeil j’aime ça, le sommeil ça repose » ou « le sommeil je l’aime, le sommeil il repose   » ? On utilise bien le pronom « ça ». C’est peut-être parce que le mot « sommeil » désigne le fait de dormir ? Oui, je suis assez de mon avis. Il faudrait faire le tour des usages pour en tirer une règle et une raison, un principe.

Car il est bien certain qu’il y a une raison « essentielle », comme vous le dites, à l’usage du pronom « ça » dans certains cas, et que ce n’est pas une simple règle d’usage. Il faudrait chercher la raison dans des livres compliqués, dont je ne suis pas un lecteur fervent.

Feuillu Grand maître Répondu le 11 janvier 2022

Intéressant.
Je pense que vous voyez juste : le renvoi s’effectue sur un processus.
Voici une étude qui m’a paru très intéressante, notamment la partie consacrée à cela/ça.
Le sens cataphorique de ceci, cela, et ça – cmlf2010_000127.pdf

le 11 janvier 2022.

Tara. Votre lien porte sur la notion de « pronom cataphorique ». J’ai perdu une heure sur cet article, mais d’une part je ne comprends rien, et d’autre part je ne vois pas le rapport avec la question, qui porte sur la différence entre les pronoms « le » et « ça ».
Si vous sous-entendez que nous sommes confrontés à un pronom cataphorique, dites-le clairement :
* anaphorique : les fraises, j’aime ça
* cataphorique : j’aime ça, les fraises
Quelle différence sur le choix du pronom ? Expliquez, parce qu’avec le lien brut sans votre interprétation, je ne vois pas ce que vous essayez de dire.
Qu’il soit cataphorique ou anaphorique, pour moi c’est le même pronom avec le même sens, et très certainement avec la même justification syntaxique.

Dans quels cas écrit-on « je le préfère » ou « je préfère cela » ? c’est la question de Emad1976, et je n’ai pas trouvé de réponse à cette question dans votre document.

le 11 janvier 2022.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.