RE: Il me faudra me lancer dans une entreprise comme je n’en ai encore jamais connu (e) ?

Bonjour les experts,
Jamais simple avec « en ».
Dans ce cas précis, j’aurais tendance à ne pas accorder. En effet, on ne peut pas vraiment enlever le « en » de la phrase sans la rendre boiteuse : « une entreprise comme je n’ai encore jamais connu », ce serait boiteux, non ?
Qu’en pensez-vous ?
Merci de vos lumières

Pascal3873 Amateur éclairé Demandé le 18 juillet 2021 dans Accords
4 Réponses

Bonjour politburo,

Merci de votre contribution pour éclairer ma question.

Ce « test » (supprimer le « en ») est tiré du Projet Voltaire himself et traité dans le module « Excellence » dudit Projet. Commenté par Bruno Dewaele, référent du site et champion du monde d’orthographe, comme vous le savez : https://www.projet-voltaire.fr/regles-orthographe/des-erreurs-j-en-ai-fait-ou-des-erreurs-j-en-ai-faites/

Pascal3873 Amateur éclairé Répondu le 18 juillet 2021

Merci Pascal de m’avoir répondu.

L’article sous votre lien n’aborde étonnamment pas la notion de complément d’objet direct antéposé au participe passé utilisé avec l’auxiliaire avoir. Or c’est la première chose qui importe ici : le mot « en » est-il ou non le COD du participe passé ?

Leur astuce pour identifier un COD n’a aucun sens.
Elle suppose qu’il n’y a que le COD qu’on ne peut pas retirer d’une phrase sans la rendre boiteuse. Choisissons par exemple un verbe qui a obligatoirement un COD et un COI introduit par « de », un verbe qui n’a de sens qu’avec son complément en « de » :
— J’ai privé mes filles de sortie.
— Je les en ai privées.
Peut-on supprimer le « en » ? Non.
Le pronom « en » est-il pour autant COD ? Non.
Alors il faut continuer à accorder avec le COD ? Oui.
Malgré la présence d’un complément « en » qu’on ne peut pas retirer ? Oui, car ce n’est pas parce qu’on ne peut pas retirer le complément « en » qu’il devient magiquement COD.
Pour savoir si un mot (ici le pronom « en ») est COD d’un verbe, il y a différents moyens, mais le test de savoir si on peut le retirer est totalement inopérant.
Et dans l’autre sens, un « en » COD peut très bien disparaître, avec une simple suppression du COD. « J’en ai mangé », avec suppression du COD, devient « j’ai mangé », qui n’est certainement pas une phrase boiteuse.

Retenez donc que vous devez identifier le COD, s’il y en a, mais par d’autres moyens que celui donné sous votre lien, et qu’un COD pronominalisé en « en » n’emporte généralement pas l’accord du participe passé à suivre, parce qu’il est réputé partitif neutre. C’est probablement la règle appliquée par Projet Voltaire : jamais aucun accord du participe passé avec le COD « en ».

Mais retenez aussi si vous le souhaitez qu’un pronom « en » peut très bien ne pas être partitif, et pourrait donc légitimement imposer son genre et son nombre au participe passé dont il est COD antéposé, comme cela est pratiqué occasionnellement, et de plus en plus reconnu.

le 18 juillet 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.