RE: En parlant d’une patiente : « Ils l’ont laissé sortir. » Est-ce bien écrit?

En parlant d’une patiente : « Ils l’ont laissé sortir. » Est-ce bien écrit?

pcharvein Maître Demandé le 15 avril 2022 dans Accords
5 Réponses

a) Avec les verbes de perception, quand c’est l’agent de la proposition infinitive qui est antéposé, on considère que cet agent est COD, et on accorde en conséquence :
— Je les ai regardées entrer (je les ai regardées, et elles entraient)

b) Avec un verbe factitif, ce raisonnement est impossible
— Je les ai faites entrer (je les ai faites, et elles entraient ; non)
donc on n’accorde pas :
— Je les ai fait entrer

c) Avec le verbe laisser, c’est selon les cas
Je les ai laissées dormir (je les ai laissées, et elles dormaient ; pourquoi pas)
Je les ai laissées entrer (je les ai laissées, et elles entraient ; non, car cela signifie en fait : je les ai autorisées à entrer)
On voit que la question « qui fait l’action » ne désigne pas forcément le COD de « laisser« . C’est très arbitraire que de raisonner ainsi.
Donc, dans la mesure où il est très fréquent, comme dans « laisser entrer« , que le pronom antéposé ne soit pas COD du verbe « laisser« , on s’accorde de plus en plus à traiter le verbe « laisser » comme un auxiliaire, comme on le fait avec le factitif « faire« .
Reconnaissons en effet que dans
— Je les ai laissées entrer
— Je les ai fait entrer
le pronom « les » joue exactement le même rôle, et que, s’il est certain qu’il n’est pas COD du verbe à l’infinitif « entrer« , il est loin d’être évident qu’il puisse être COD du verbe « laisser« , sachant qu’il est établi définitivement qu’il n’est pas COD du verbe « faire« . Car on n’entre pas les gens, on ne fait pas les gens, et dans de nombreux cas on ne laisse pas les gens…
Il semble préférable de s’attacher au sens des mots, et de comprendre qu’il faut considérer ensemble « faire entrer » ou « laisser entrer« , et que le pronom antéposé n’est COD ni du verbe à l’infinitif ni de l’auxiliaire.
C’est ainsi que de plus en plus souvent on considère que le verbe « laisser » est un auxiliaire indissociable du verbe, et n’a pas de COD.
— Je les fais sortir, je les laisse sortir…
— Je les ai fait sortir, je les ai laissé(es) sortir… accord inutile, artificiel, arbitraire

Il est normal que les réponses ci-dessus de joelle et de Prince ne parlent pas de cette approche, très récente, puisqu’elle n’est appliquée par certains auteurs que depuis quelques siècles, et qu’elle n’est officiellement préconisée que depuis 32 ans, avec la publication des rectifications orthographiques du français en 1990.

Sous ma réponse, Prince va maintenant venir déposer quelques autres réponses, des extraits de sites mal recopiés, des liens, des borborygmes, ne vous en inquiétez pas, il n’est pas dangereux quand on ne lui répond pas.

Pie Érudit Répondu le 15 avril 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.