RE: Chaque + singulier

Bonjour. Je sais que généralement, après une répétition de « chaque », on utilise tout de même un singulier (p. ex. Chaque homme et chaque femme a mangé à sa faim).

Je voulais être certain qu’il n’y a pas d’exception dans la phrase suivante:

« Les désavantages de cette situation sont flagrants. Chaque Italienne et chaque Italien les subit tous les jours. » Ne dit-on en aucun cas « subissent » ?

Bierthoven Débutant Demandé le 21 juillet 2020 dans Accords
4 Réponses

1. Règle générale

La meilleure grammaire française actuelle donne la règle  générale suivante (nuancée) :

« Lorsque chacun des termes d’une coordination (surtout implicite) est un pronom distributif ou est accompagné d’un déterminant distributif, les receveurs se mettent souvent au singulier mais le pluriel est admis, lui aussi, surtout si les termes sont unis par une conjonction.

a) Distributifs proprement dits (chacun, chaque, tout ). »

Le Bon usage actuel donne alors des ex. du singulier, bien sûr  ; mais aussi du pluriel : « Chaque être et chaque chose s’arrangent furtivement pour jouir d’un reste de vie et d’animation (SandFr. le champi, Avant-pr.)— Chaque heure, chaque minute la rapprochaient de l’irréparable humiliation, du désastre final (LotiDésenchantéesiii )— Chaque note, chaque accord ressuscitent un souvenir (JalouxLe reste est silenceiv )— Chaque pas, chaque sensation l’exaltaient avec chaque souvenir (GenevoixRaboliot, p. 67)— Chaque visite, chaque contact s’encadrent de vide (CocteauMaalesh, p. 186)— Chaque personne, chaque milieu ont leur manière de voir (ArlandOrdre, t. II, p. 42)— La destruction de chaque canon, de chaque avion, de chaque tank allemands (de GaulleDisc. et messages, t. I, p. 169). » 

2. Ca particulier  🙂
« Si les sujets coordonnés sont de genre différent, l’accord se fait au masc.
, genre indifférencié : . – Chaque peine et chaque mal est infini dans sa substance (YourcenarŒuvre au noir, p. 199). — Chaque catégorie sociale, chaque corps constitué, chaque profession, chaque entreprise est devenu aussi particulariste, aussi ardent à défendre ses intérêts personnels, aussi indifférent à celui de l’État que pouvaient l’être […] un prince de Condé, un duc de Bouillon (Ph. Erlangerdans le Figaro, 26 mars 1971). »

Conclusion : Il convient donc d’écrire : Chaque Italienne et chaque Italien les subit tous les jours. »   


Prince Grand maître Répondu le 21 juillet 2020

Prince : « cas particulier »

le 21 juillet 2020.

Oui, Tara. Mais connaissiez-vous ce cas particulier ?  🙂

le 21 juillet 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.