RE: Accord avec que

Bonjour,
J’ai subitement eu un doute sur l’orthographe de cette phrase : « J’ai gardé une affection pour toutes les femmes que j’ai rencontrées« . Est-ce que l’accord avec le verbe « rencontrer » est juste ?
Cordialement,

JeanEustache Amateur éclairé Demandé le 15 août 2021 dans Accords
6 Réponses

@GeorgeAbitbol

Je n’arrive pas à vous répondre plus haut sous mon premier commentaire.

Il est intéressant de lire sur votre lien : https://www.projet-voltaire.fr/regles-orthographe/les-fraises-que-j-ai-mange-les-fraises-que-j-ai-mangees/

« Voilà une règle que l’on respecte de moins en moins, à l’oral comme à l’écrit, et que nombre de grammairiens eux-mêmes se plaisent à trouver artificielle ! Elle n’en reste pas moins en vigueur depuis que le poète Clément Marot l’a établie au XVIe siècle. »

Une règle doit avoir une utilité.
Celle ci n’en a pas vraiment…
Ce « noble Marot » pensait sûrement « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ».
Puisque nos grammairiens ne peuvent se mettre d’accord, au moins je ne me sentirai pas « hors la loi » en omettant l’accord et en écrivant  « les femmes que j’ai rencontré ». 
Cela dit je tacherais de ne pas oublier cette règle « artificielle » pour ne pas froisser les plus puristes d’entre vous…

braiz Débutant Répondu le 28 août 2021

Bonsoir Braiz,

« Nombre de grammairiens eux-mêmes se plaisent à trouver [cette règle] artificielle » ne signifie pas, comme vous semblez le penser, que les grammairiens soient incapables de se mettre d’accord; simplement ils considèrent, pour la plupart, que cette règle est artificielle (artificielle ne signifiant pas inutile).

« Elle n’en reste pas moins en vigueur » signifie que cette règle est bel et bien en vigueur, en dépit de son aspect artificiel.

Ceci étant précisé, libre à vous d’écrire ce que bon vous semble et d’omettre tous les accords qu’il vous plaira d’omettre; si quelqu’un doit en être froissé, ce ne sera certainement pas moi.

le 30 août 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.