RE: Verbe « se prostrer » ?

Bonjour,
je tombe sur cette phrase :

Elle était habitée d’une tension fébrile, puis rapidement elle se prostrait, comme un vigile.

Je comprends la phrase et visualise bien l’image mais j’ai beau chercher dans les dictionnaires, je ne trouve aucune entrée pour le verbe « se prostrer » !
Existe-t-il?
Très bonne journée,
Lea

lealou Membre actif Demandé le 16 mai 2022 dans Question de langue
2 Réponses

Vous avez raison. On a : « être prostré » mais pas « se prostrer » ni même « prostrer ».

Tara Grand maître Répondu le 16 mai 2022

Si, pour « prostrer » je trouve ceci (TLF) :
Prostrer,
verbe transitif ,rare. Mettre dans un état de prostration (v. ce mot B 2). C’étaient surtout des lieders [sic] de Schubert qui l’avaient soulevé, jeté hors de lui, puis prostré de même qu’après une déperdition de fluide nerveux (Huysmans, À rebours,1884, p. 274).
La peur passive nous prostre, fait échec à toutes les représentations motrices, relâche les sphincters, ralentit les mouvements du cœur et la respiration (J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 112).

Et cela (wikipédia) :
prostrer \pʁɔs.tʁe\ 1er groupe (voir la conjugaison)

    1. (Rare) Affaiblir, mettre dans un état de prostration.
        • Aimer, pour prostrer la fatalité. — (site el-mandoline.net)

       

        • La peur passive nous prostre, fait échec à toutes les représentations motrices, relâche les sphincters, ralentit les mouvements du cœur et la respiration. — (J. Vuillemin, Essai signif. mort, 1949, p. 112)

       

       

 

le 16 mai 2022.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.