RE: Tout cadeau quels qu’en soient la forme

Le code de conduite éthique nous interdit la réception de tout cadeau quels qu’en soient la forme et le montant.

Tout cadeau au singulier et quels qu’en soient au pluriel ça peut être ainsi ?

Merci

Sandcathy Débutant Demandé le 8 juin 2021 dans Accords
2 Réponses

C’est vrai que les « quel qu’il soit », « quelles qu’elles soient », s’appliquent souvent au mot qui précède, qui est le sujet du verbe « être : soit, soient »…) :
— un homme, quel qu’il soit, doit pouvoir…
— des femmes, quelles qu’elles soient, doivent pouvoir…
On identifie clairement le sujet : « il » dans « quel qu’il soit » ; « elles » dans dans « quelles qu’elles soient ». C’est pour cette raison qu’on accorde « quel » avec le sujet de la phrase, car c’est également le sujet de « être ».
C’est inversable :
— quel qu’il soit, un homme doit pouvoir…
— quelles qu’elles soient, des femmes doivent pouvoir…
Apparemment, vous souhaitez vous caler sur cette construction.

Mais une formule du type « quel que soit… » n’a pas forcément pour sujet le sujet de la phrase elle-même.
Le « quel que soit » peut avoir un autre sujet que le sujet de la phrase :
— un homme, quelle que soit son origine, doit pouvoir…
— une femme, quelle que soit son origine, doit pouvoir…
Dans ces deux phrases, le sujet du verbe « être » dans « quel que soit » n’est pas « un homme » ou « une femme », mais « son origine » (quelle que son origine soit).
On conjugue donc avec le sujet de « être, soit, soient », qui est « son origine », mais qui n’est pas le sujet de la phrase.

Si, bien que le sujet de la phrase soit masculin singulier, le sujet de « être » dans l’expression « quel que soit » est masculin pluriel, on accorde cette expression au masculin pluriel.
Je vous propose de mettre ce « quel que soit » avant le sujet de la phrase, ce qui aide à comprendre que le sujet de « quel que soit » n’est pas le sujet de la phrase, mais que cette expression a son propre sujet.
— « quels que soient la forme et le montant d’un cadeau », un élu ne peut pas l’accepter.
— « quels que soient sa forme et son montant », un élu ne peut pas accepter un cadeau.
— « quels qu’en soient la forme et le montant », un élu ne peut pas accepter un cadeau.
— un élu ne peut pas accepter un cadeau, « quels qu’en soient la forme et le montant ».
[Je n’explicite pas ici la transformation de « c’est la forme d’un cadeau » en « c’est sa forme » puis en « c’en est la forme ». Si c’est cela qui a entraîné votre question, dites-le, et on voit ça ensemble.]

J’ajoute un point : il ne faudrait pas dire « le montant d’un cadeau », mais le « prix d’un cadeau » ou « la valeur d’un cadeau » ; réservez « montant » pour qualifier « prix » : « le montant du prix d’un cadeau », « le montant à payer » ; le plus simple est d’utiliser le mot « valeur » : « quelles que soient la forme et la valeur d’un cadeau ». Cela n’est pas grave, peut-être que dans la langue moderne, on dit « montant » au lieu de « prix ». C’est une petite faute de vocabulaire, mais pas de syntaxe ou d’orthographe.
— un élu ne peut pas accepter un cadeau, « quelles qu’en soient la forme et la valeur ».

Merou Maître Répondu le 8 juin 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.