RE: sujet multiple avec le verbe « signifier »

Répondu

Bonjour,
je vais sans doute poser une question bête mais bon je me lance, mon exemple est le suivant :
Pour moi, jouer au football et avoir des chaussures signifiait / signifiaient que mes deux sœurs s’en privaient pour moi. Peut-on utiliser le singulier afin de signifier que c’est l’ensemble du groupe nominal qui signifie ?

Rem91 Débutant Demandé le 30 octobre 2021 dans Accords
3 Réponses

Bonsoir,

Le Bon usage électronique actuel,  n° 446 :

Plusieurs sujets infinitifs   

1. « Les donneurs sont des infinitifs : verbe au singulierDonner et retenir ne vaut (prov. dans Littré, art. valoir )— S’agiter et blesser est l’instinct des vipères (VignyDest., Oracles)— Entendre le son de la cloche et se dire : je vais monter avec l’échelle, ne fut qu’un instant (StendhalRouge, II, 19)— Sentir, aimer, souffrir, se dévouer, sera toujours le texte de la vie des femmes (BalzacE. GrandetG.-F., p. 129)— S’occuper de sa voiture et l’y faire monter eût peut-être dû faire partie des fonctions du chasseur (ProustRech., t. I, p. 706)— Admirer la pensée de Proust et blâmer son style serait absurde (CocteauPoésie critique, p. 191)— Souffrir et remuer la souffrance en soi et dans les autres pour elle de la vertu (P.-J. JouveHécate, p. 10)— Se chercher et se fuir est également insensé (MalrauxTentation de l’Occident, p. 70)— Aplanir le terrain, le défoncer, ouvrir des tombeaux où Lol fait la morte, me paraît plus juste […] que de fabriquer des montagnes (DurasRavissement de Lol V. Stein, p. 37)— Tracer une perspective et préparer nos lendemains politiques répond aux vœux des Français (Fr. Mitterranddans l’Express, 6 sept. 1962)— Lire le journal d’un écrivain qu’on admire et partager ses idées crée une sorte de proximité et une amitié (P. Harmel, préf. de : Fr. BastiaAvau le vent). — Préférer Soljenitsyne à Brejnev, dénoncer les pièges pacifistes, combattre les délires américains lui [= à Glucksmann] valu, régulièrement, insultes et calomnies (R.-P. Droit, dans le Monde des livres, 10 mars 2006, p. 8). A
•Les donneurs sont des propositions conjonctives : Que A*** eût accepté de partir avec moi, que dormir ensemble lui eût paru aller de soi pouvait signifier aussi bien la permission de succomber à une tentation que la mise à l’épreuve de ma constance (A. GarrétaSphinx, pp. 97-98).

2. Mais il n’est pas interdit de mettre les receveurs au pluriel.
•Les donneurs sont des pronoms accompagnés d’une proposition relative : Ce qui s’était passé entre Adrienne et ma grand’mère, ce que Jean avait voulu en conduisant de la sorte notre aventure, étaient bien enfouis derrière le calme des visages (EstauniéSilence dans la campagne, p. 192)— Ce qui reste du modèle, ce qu’apporte le copiste composent un troisième personnage (CocteauPoésie critique, p. 207).

•Les donneurs sont des infinitifs : Manger, boire, dormir, se promener sont permis (AmielJournal, 17 janv. 1879, dans la Nouv. revue franç., janv. 1940, p. 98)— Écrire et penser ne font strictement qu’un (Bourgetcité dans les Lettres romanes, févr. 1953, p. 18)— Veiller et vouloir sont une seule et même chose (BergsonÉnergie spirit., p. 104) Bien parler, mal parler sont des habitudesfort  (HermantChron. de Lancelot du « Temps », t. I, p. 195). — Se dévêtir sous une treille, s’allonger entre des murs assaillis par un foisonnement de fleurs exotiques, s’abandonner à la violence des plantes, à la douceur de l’eau […] lui causaient un perpétuel ravissement (E. Charles-RouxElle, Adrienne, p. 192)— Instruire et éduquer sont une vocation véritable (DruonLa France aux ordres d’un cadavre, p. 118)— Rire est difficile, respirer et vivre sont difficiles (Y. SimonProchain amour, p. 176). »

Je doute fort que, par exemple,  veiller et vouloir « expriment une même idée » !

Prince Grand maître Répondu le 30 octobre 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.