RE: Subordonnées

Répondu

Bonjour,

Une phrase commençant par la conjonction « et » peut-elle être la principale ? Comme dans « J’aime la pluie. Et il avait beaucoup plu ces jours-ci, comme je pouvais le voir chaque fois que je levais les yeux vers le ciel. » Dans cette phrase, il y a déjà deux subordonnées, si je ne fais pas d’erreur, commençant pas « comme » et « chaque fois que »; mais celle qui commence par « et » est-elle la principale ou s’agit-il de « j’aime la pluie » ?

Noa Débutant Demandé 7 jours auparavant dans Général
6 Réponses
Meilleure réponse

Une phrase peut en effet commencer par une conjonction de coordination, et si on dit parfois le contraire à l’école, c’est dans une première phase d’apprentissage.

Voici par exemple ce qu’écrit Flaubert :
Leurs intérêts, leur existence se trouvait attaquée par les Barbares. Mais on ne pouvait les vaincre sans le secours du Suffète ; et cette considération, malgré leur orgueil, leur fit oublier toutes les autres.
Balzac :
Le mari veut quelquefois réserver sa fortune à l’enfant qui a mérité la haine de la mère. Et c’est alors des combats, des craintes, des actes, des contre-lettres, des ventes simulées, des fidéicommis; enfin, un gâchis pitoyable.
Stendhal :
Elle se faisait une image parfaitement ennuyeuse de la vie qu’elle allait reprendre à Paris. Et cependant à Hyères elle regrettait Paris.

La question qu’il faut se poser n’est pas si l’on peut commencer une phrase par une conjonction de coordination, mais si la ponctuation reflète bien l’intention et si on ne ne gagnerait pas à ne formuler qu’ une seule phrase plutôt qu’en deux.
Il n’y a pas de règle interdisant d’utiliser les conjonctions de coordination en début de phrase, puisque même de grands auteurs ne se privent pas de le faire. C’est la logique et la clarté de l’expression qui doivent guider le rédacteur.
La conjonction de coordination en début de phrase peut avoir un rôle de mise en relief du sens qu’elle porte. Choisir de coordonner deux phrases plutôt que d’en faire une seule est une question de rythme, de clarté… parfois d’éviter une phrase trop longue.

Rien n’empêche une proposition commençant par une conjonction de coordination d’être principale.
Mieux : dans une même phrase, la même proposition peut être subordonnée à une autre et avoir elle-même une subordonnée :
Je sortis sans parapluie parce que je l’avais oublié chez mon amie quand j’étais allé lui rendre visite.
Et je sortis sans parapluie : proposition principale
parce que je l’avais oublié chez mon amie : proposition subordonnée conjonctive complément circonstanciel de cause du verbe de la principale « sortir »
quand j’étais allé lui rendre visite : proposition subordonnée conjonctive complément circonstanciel de temps du verbe de la précédente « oublier »

>> c’est la phrase toute entière qui est coordonnée par « et » à la phrase qui précède.

Tara Grand maître Répondu 6 jours auparavant
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.