RE: sens de encourir

Bonjour

Le sens de « encourir » permet-il la phrase suivante, extraite d’un couplet de chanson:

En bas vers les 9 heures de la nuit
Tu m’dis « allez, on sort »
On encourt deux, trois pas enhardis
On remonte le rebord

encourt au sens, d’oser, en bravant l’interdit dans un contexte d’enfance

Thomoios Érudit Demandé le 14 janvier 2023 dans Question de langue
5 Réponses

Thomoios,

Personnellement, cela m’intéresserait de connaître le contexte (genre de la chanson, époque et lieu, contexte socioculturel des personnages), si vous voulez bien nous en dire plus.
Car, puisque le sens des mots que vous choisissez vous intéresse, je me demande si vous avez choisi ces tournures pour des raisons précises.
Je rejoins Dewelis, l’essentiel est de vous faire bien comprendre de vos auditeurs et lecteurs.
Aussi, je me permets certaines suggestions, si ces tournures ne reflétaient pas vraiment vos intentions :
« En bas vers les 9 heures de la nuit « 
En principe, on dit plutôt « vers les neuf heures » ou bien « vers neuf heures du soir« 
« On encourt deux, trois pas enhardis« 
Théoriquement ce ne sont pas les pas qui sont enhardis, ce sont les personnages.
« Deux-trois » s’écrit plutôt avec un trait d’union, sinon la virgule peut marquer une hésitation, sous-entendre « puis » :
« On risque deux, (puis) trois pas« 
Mais en imaginant que ce sont les pas qui sont enhardis, alors ça ne colle pas avec l’hésitation au bout de deux pas.
Ou bien, si vous souhaitez exprimer l’hésitation des enfants dans un premier temps, puis l’enhardissement :
On risque deux, trois pas, enhardis par l’excitation, on s’élance…
« On remonte le rebord « 
Encore une fois je ne connais pas le contexte, mais je suis curieuse de savoir comment on peut « remonter un rebord« …

Et donc, pour répondre à votre question, je ne pense pas que « encourir » soit approprié dans votre texte.
L’Académie nous met en garde justement contre l’emploi de « encourir » dans le sens de « risquer, courir le risque » :
Le verbe encourir signifie que l’on s’expose à une sanction, une peine, un châtiment qui émane d’une autorité :
Il encourt une grosse amende pour sa conduite ; Pour un délit de cet ordre il encourt la prison.
Il se construit avec un complément qui est un nom. On ne doit pas le confondre avec risquer ou la locution verbale synonyme courir le risque de, qui se construisent indirectement et veulent un infinitif comme complément :
S’il ne travaille pas plus, il risque (ou il court le risqued’échouer.
Il y a dans ce verbe et dans cette locution, qui appartiennent à la langue courante, un caractère d’incertitude beaucoup plus fort qu’avec encourir, qui relève de la langue juridique et qui indique, presque officiellement, quelle peine correspond à telle faute.

Cathy Lévy Grand maître Répondu le 16 janvier 2023
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.